Hélène Chevallier présente le nouveau bracelet biométrique de l’entreprise Biomin, Sébastien Bolher une recherche qui s’est récemment intéressée au cyber-harcèlement, et Axel Villard-Faure revient sur le Google Science Fair, une compétition controversée ?

#Bracelet biométrique

Chaque personne a une activité cardiaque unique: la forme, la taille, la position et le rythme du cœur varient selon les individus. Le cœur constitue donc l'un des systèmes d'authentification les plus sécurisés. L'entreprise canadienne Biomin a élaboré un nouveau bracelet biométrique : c'est désormais l'activité électrique du cœur qui sera utilisée pour déverrouiller les mots de passe.

#Cyber-harcèlement

Aujourd’hui un des gros problèmes lié à l’usage d’Internet, des réseaux sociaux, ou des SMS, est le cyber-harcèlement. En France, une étude réalisée en 2011 montrait que 9% des élèves scolarisés en faisaient l’objet, messages d’insultes, menaces, etc. qui ont des effets psychologiques dévastateurs. La même année, un téléfilm, Cyberbully, le mur de l’humiliation , traitait de cette question (voir à 13’44’’ et 14’20’’).

Cela pose la question : qu’est-ce que c’est que la cruauté ? Est-ce un sentiment très rare, ou plus répandu ? Des chercheurs canadiens se sont récemment intéressés à la question.

#Google

Hier soir en Californie avait lieu la remise des prix du troisième "Google Science Fair ". Cet évènement organisé par le géant américain du web récompense l’innovation et la recherche scientifique des plus prometteurs de la planète, les enfants. Les candidatures sont ouvertes à tous les “kids” du monde entier. Mais était-ce bien les enfants et leurs rêves qui étaient célébrés hier ? Ou bien était-ce une opération marketing de grande ampleur utilisant ce qu'il y a de plus touchant dans un rêve d'enfant pour servir l'image d'un géant Google qui n'a plus vraiment besoin de cela ?

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.