Un jeune mathématicien trouve l’amour en ligne avec ses propres algorithmes (par Axel Villard-Faure), la recherche spatiale vient en aide à la médecine (par Florence Porcel), et un projet artistique autour des particules cosmiques (par Christine Siméone).

Rencontres en ligne : Do It Yourself

Amour en ligne
Amour en ligne © Radio France / Axel Villard-Faure

Aujourd’hui Axel nous raconte l'histoire d'un jeune mathématicien anglais, qui faute de résultats sur les sites de rencontre en ligne a décidé de chercher l'amour avec ses propre algorithmes. Il s'appelle Chris McKinlay et il a rencontré Christine Tien Wang, sa petite amie, en bidouillant le site de rencontres OkCupid. Ce travail lui a pris plus de trois mois et il s'est aidé de 12 robots et de méthodes statistiques poussées pour arriver à ses fins.

L’exploration spatiale sert votre santé

À chaque article concernant l'exploration spatiale, un internaute publie un commentaire du genre « on ferait mieux d'utiliser tout cet argent pour régler les problèmes qu'on a sur Terre ». Parce qu'on ne souligne pas assez le fait que le spatial fait partie de notre quotidien.

La santé, par exemple : la perte de densité osseuse des astronautes en mission dans l'ISS a permis de fabriquer un médicament contre l'ostéoporose, qui touche les femmes âgées, soit la moitié de la population mondiale. Ou encore ce nouveau vaccin contre la pneumonie, maladie qui fait toujours 10 millions de morts par an, grâce à une expérience en microgravité sur des bactéries.

Les exemples sont tellement nombreux qu'on pourrait en écrire un livre !

En savoir +

Un article de Sciences & Avenir

Les bienfaits de l'ISS pour l'humanité (par l'Agence Spatiale Canadienne)

Rayonnement cosmique à tous les étages

L’incubateur est le nom d’une expérience au croisement des arts, de la science et de la société. Il réunit le Planétarium de Vaulx-en-Velin (sous la direction de Simon Meyer), l'artiste en résidence Laurent Mulot et le CEA de Saclay. Le Planétarium, a choisi dans ce dispositif d’interroger l’exploration de l’univers sous le double regard de l’artiste et du scientifique en collaboration avec une dizaine de familles.

Simon Meyer avec un électroscope
Simon Meyer avec un électroscope ©

Entre février et mai 2014, celles-ci seront invitées à participer à traquer des particules cosmiques provenant de l'Univers. Au travers d'un dispositif scientifique expérimental installé au domicile des participants (sur le modèle de l'électroscope exactement), de visites de laboratoires scientifiques et de lieux artistiques, les habitants auront à s'interroger sur la perception de notre monde et l'origine de l'Univers.

De cette rencontre pluridisciplinaire naîtra l'œuvre "Rayonnement cosmique à __ tous les étages" de Laurent Mulot. Elle sera présentée au côté d'une autre œuvre de l'artiste intitulée "Augenblick" au Planétarium d'octobre 2014 à janvier 2015 dans le cadre de l'exposition temporaire "Entre-Mondes".

La première réunion entre scientifique, artiste, et médiateurs du Planétarium aura lieu en début de semaine prochaine.

Turbulences dans l’azur, une conférence d’Isabelle Grenier et Thierry Stolarczyk, chercheurs à l'Institut de recherche sur les lois fondamentales de l'Univers du CEA Saclay :

EN BREF

Les enfants ont rendez-vous au Musée Curie à Paris chaque semaine.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.