Le Big Data s'invite dans les recherches en génétique et en généalogie (par Axel Villard) et les souris sauterelles sont protégées contre les scorpions (par Cécile Bonneau)

Entre génétique, généalogie et Big Data

hacking génétique
hacking génétique © Radio France / Axel Villard-Faure

Nous parlons aujourd'hui d'un chercheur un peu particulier, Yaniv Erlich. C'est un scientifique américain à mi-chemin entre hacker, généticien et lanceur d'alertes. Ses récents travaux sont mis à l'honneur cette semaine dans un article sur le site de la revue Nature__ mais c'est son parcours et sa démarche qui sont intéressants. Yaniv pense protection des données génétique et puissance de calculs du Big Data. Selon lui, n'importe quel génome anonyme pourrait bientôt être décrypté et identifié avec quasi-certitude. Voici une conférence où Yaniv démontre comment :

En croisant ses recherches en génétique et les possibilités qu'offrent les données numérique libres (comme le site de généalogie Geni ou la banque de données ADN libres Ysearch), il ouvre une nouvelle porte dans la recherche en génétique et en généalogie de masse, mais cette porte cache peut-être des réalités bien effrayantes…

En savoir + :

Le laboratoire où travaille Yaniv Erlich

Le blog de Yaniv Erlich

Des souris immunisées contre les scorpions

souris mangeuse de scorpions
souris mangeuse de scorpions © Ashlee Rowe / Ashlee Rowe

Les souris sauterelles Onychomys torridus sont insensibles aux piqûres de scorpions! Alors que les autres mammifères se tordent de douleur, voire succombent à leur venin, O. torridus se nourrit avec délectation de ces insectes grouillant dans les régions sèches des Etats-Unis.

Des chercheurs américains conduits par Ashlee Rowe de l'Université du Texas ont donc cherché à percer le secret du rongeur. Il apparaît qu'une mutation sur l'un de ses gènes produit une substance qui, combinée aux toxines du venin, neutralise tous les circuits de la douleur. Le venin agit donc… comme un antalgique chez la souris sauterelle!

En savoir + :

Un compte-rendu de l’étude sur le site de l’Université du Texas

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.