Le gouvernement veut y interdire les animaux sauvages. Dans le viseur de la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili : l'élevage de visons pour la fourrure, la reproduction de dauphins pour les spectacles... Le bien-être animal est un sujet qui prend de l'ampleur dans l'opinion.

Spectacle de fauves Ringling Brothers and Barnum & Bailey Circus
Spectacle de fauves Ringling Brothers and Barnum & Bailey Circus © AFP / ZHAI JIANLAN / NURPHOTO

Vers l'interdiction des animaux sauvages dans les cirques ?

On ne retenait avant que les yeux brillants des enfants devant les lions du cirque. Mais ce temps est révolu pour la ministre de la Transition écologique qui présentait ce mardi matin, des mesures pour le bien-être des animaux. Elle a en effet présenté plusieurs mesures qui s'acheminent vers l'interdiction des numéros de fauves ou d'éléphants dans les cirques itinérants, vers l'interdiction de l'élevage des visons et la reproduction des orques et dauphins, interdite dans les delphinariums. 

Néanmoins, la ministre ne donne pas de date, mais pose un jalon en tenant un cap ferme. Pour les cirques itinérants qui comptent 500 fauves, en tournée actuellement en France, c'est une décision terrible. En 2019, le porte-parole du cirque Arlette Gruss, Rémi Bécuwe, faisait part de son désarroi : "On regrette que seules les associations de protection animale aient été écoutées. Alors que les cirques sont en train de faire leur transition de manière progressive, l'Etat vient de trancher. Je pense que c'est pour des raisons surtout électoralistes". 

Aujourd'hui, on se sent un peu comme des pestiférés, pointés du doigt comme ceux qui ne prennent pas soin de leurs animaux, alors que, bien au contraire, le bien-être animal est notre priorité. - Rémi Bécuwe

Les associations de défense des animaux saluent ces mesures qui vont dans le sens de l'histoire et qui répondent enfin aux attentes des Français, selon David Chauvet, juriste spécialisé dans le droit animalier : "Dans d'autres pays, la condition animale a évolué beaucoup plus vite. Par exemple, les delphinariums sont interdits au Royaume-Uni, en Autriche... Nous ne faisons que combler un retard au sujet de la condition animale". 

Pour ce qui est de la condition concrète des animaux, le poids des lobbies était un obstacle très clair à toute amélioration en France. - David Chauvet

Et le gouvernement va débloquer près de 8 millions d'euros pour la reconversion de ces cirques et des employés qui travaillent dans les delphinariums

Le bien-être animal prend de l'ampleur dans le débat public aujourd'hui. Une série d'organisations et de personnalités défendent un référendum d'initiative partagée sur ce thème. Ils prônent l'interdiction de l'élevage en cages, des élevages à fourrure, de l'élevage intensif, de la chasse à courre, des spectacles avec animaux sauvages et de l'expérimentation animale. Pour que cette initiative devienne référendum, première étape : il faut le soutien de 185 parlementaires. Le site en affiche cent quarante deux. De son côté, la Fondation 30 millions d'amis lance une campagne contre l'abandon d'animaux domestiques (100 000 chaque année, chiens ou chats en premier lieu). Une situation aggravée par la crise sanitaire. Les refuges ont perdu 40% de leur chiffre d'affaires, selon 30 Millions d'Amis.

Les autres titres du journal de 13h

  • Biden-Trump, premier débat ce soir, avantage Biden dans les sondages
  • La crise s'aggrave entre le ministre de la Justice et les magistrats
  • Moins de diversité sur les écrans en 2019
  • Comment retrouver l'odorat après le coronavirus ?

Les invités du 13/14 : L’économie post-Covid : qui sont les gagnants et les perdants ? 

Patrick Artus, chef économiste de la banque Natixi et Olivier Pastré, professeur d'économie à Paris 8, président de la banque d'affaires IM banques, auteurs de L’économie Post-Covid, à paraître le 30 octobre aux éditions Fayard, sont les invités du 13/14.

Le feuilleton Une semaine dans leurs vies : Maud Sarda, une nouvelle vie chez Emmaüs

Elle avait le parcours de ceux qui ont tout pour bien gagner leur vie : école de commerce, puis consultante au sein du cabinet de conseil Accenture... Elle a tout arrêté en 2010 pour rejoindre Emmaüs. 

Maud Sarda a fait basculer les compagnons Emmaüs dans la révolution numérique. Le site Internet de vente en ligne d’objets d’occasion qu’elle a lancé il y a trois ans concurrence les géants du web : Le Bon Coin et Amazon. Ce site s'appelle Label Emmaus. 

Elle a raconté son virage à 180 degrés à Antoine Giniaux. Aujourd'hui, épisode 2 : Travailler en équipe.

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.