Depuis jeudi 31 janvier dernier, date de l'abrogation d'une ordonnance datant de 1800, les Parisiennes sont enfin autorisées à porter des pantalons ! Dans le film TABOU -Miguel Gomes, 2012- que nous avons vu ce WE, les femmes blanches vivaient dans les années 60 au Mozambique déjà en pantalon !

Justement, je suis allée au cinéma ce week end, attraper l’une des dernières séances d’un film portugais dont on m’avait dit beaucoup de bien. Un film intitulé "Tabou" réalisé par Miguel Gomes, qui signe là son 3ième long métrage, aussi inclassable que les 2 précédents.

Un film construit en 2 parties. Avec une sorte d’entracte au milieu, très nette. La première partie se déroule aujourd’hui à Lisbonne : Aurora, vieille dame un peu acariâtre mène la vie dure à sa dame de compagnie cap verdienne et abuse de la gentillesse de sa voisine. On sent qu’elle a été belle, intelligente, aujourd’hui Aurora apparaît délirante et paranoïaque. Le réalisateur Miguel Gomes a nommé cette partie le « Paradis perdu ». Cette femme, Aurora, finit par mourir et c’est son ancien amant, son amour de jeunesse, Ventura, convoqué à l’enterrement, qui raconte le paradis de leurs jeunes années, passées en Afrique. On entre plus avant dans la personnalité de cette femme qu’on vient déjà de voir mourir et on comprend mieux qui elle fut: dans les années 60, une héritière un peu masculine, vivant dans sa réserve africaine au milieu des indigènes et d’animaux sauvages. Cette 2e partie, intitulée « Paradis » ressemble à un bon roman de Marguerite Duras. On est absorbé par la lenteur de la vie dans les colonies, le long des eaux troubles, qui s'égraine dans la moiteur du Mozambique. Tout est en noir et blanc, dans la savane. Et l’ancien amant d'Aurora retrace en voix off leurs ébats adultères dans l'Afrique coloniale des années 1960, sur des images muettes, soutenu par les sons et les chants de l'Afrique. Un film fascinant, envoûtant, poétique: précipitez-vous!

Nous appelons Séverine, française installée depuis 5 ans à NY, qui nous raconte la grande nuit du super Bowl : Le blog de Séverine

Les références
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.