Depuis le mois de septembre, il a déjà fait 97 concerts, sillonnant le pays sans relâche… un marathon poétique et musical qui distribue des étincelles dans les yeux. Je suis allée l’écouter hier soir au Bataclan…

A quoi ressemble Alain Souchon ? Je dirais tantôt à un petit lionceau qui bondit sur ses pattes, ou à une sorte de lémurien tout ébouriffé…. Eh bien avec ce physique étrange, cet animal-là à la voix douce se révèle être une incroyable bête de scène… Vêtu d’une chemise blanche et d’un jean noir sans ceinture, il a électrisé la salle du Bataclan hier soir, avec ses mots enchanteurs, et sa guitare sèche qui semble être sa plus fidèle compagne…

Qui donc est cet extra terrestre de la musique française, tellement attachant et poétique ? Et qui traduit, dans chacune de ses paroles une immense liberté…

La salle du Bataclan était comble hier et dans son décor dépouillé, très vite, 2 musiciens l’ont rejoint au clavier, percussions et à la guitare folk… Il a désarçonné le public avec douceur, humour. En sortant vers 23h, j’ai observé les visages des spectateurs : ils étaient reposés, souriants, apaisés. Comme s’ils avaient reçu une confidence, ou mieux, qu’on leur avait donné la certitude que le monde n’est pas aussi sérieux, aussi grave, aussi compact qu’on veut nous le faire croire. Alain Souchon est un enfant éternel, avec l’humilité d’un grand voyageur. Il donne envie de ne pas se prendre au sérieux, d'habiter le monde en poète

Comme un nuage, il est passé, subrepticement, hier au-dessus de nos têtes, et ce matin dans nos oreilles...

Suivez-le sur son site, et réservez les places pour sa prochaine tournée, dès qu’elle sera annoncée, certainement avec son ami de toujours, Laurent Voulzy, qui a composé certains de ses tubes et qui l’a rejoint hier, comme si la soirée n’avait pas été suffisamment parfaite, sur scène.

N’en jetez plus, je dépose un baiser volé sur chacune de vos joues.

Les références

L'équipe

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.