L’élection américaine ne sera jamais jouée d’avance, cela fait partie de sa magie, et même tout le théâtre médiatique concourt au suspens, les télévisions outre-atlantique font "monter la sauce". Elles jouent gros, les chaînes américaines car elles ont fait de nombreuses gaffes cette année… Toutes les rédactions sont tétanisées à l’idée d’annoncer la victoire du perdant, à force de vouloir être la première… Le spectre de l’an 2000 est bien présent : souvenez-vous toutes les chaînes avaient donné Al Gore gagnant dans l’Etat stratégique de Floride avant de finalement d’admettre que le résultat était trop serré. Il a fallu attendre 35 jours et une décision de la Cour suprême pour attribuer la victoire à Bush, par 537 voix. Cette année, pour ne pas prendre de risque en direct à l’antenne, avec des spécialistes trop hâtifs, par exemple, la chaîne CNN a envoyé une demi douzaine de journalistes Dans le seul Etat de l’Ohio, pour être au plus près du terrain, des bureaux de vote, de l’électeur en attendant les résultats définitifs…

Entre scoop et prudence, tel est le pari risqué des chaînes américaines cette nuit. Etre le premier -sans se tromper- à annoncer que l'un des 2 candidats a atteint le chiffre fatidique des 270 grands électeurs, seuil magique quand on veut présider les Etats-Unis, Sésame qui ouvre les portes de la Maison Blanche.

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.