Hier j’ai lu un portrait dans le Parisien qui m’a hantée toute la journée. Il était publié à l’occasion de la journée mondiale de la santé mentale... sur laquelle je n’ai pas vu beaucoup d’échos, d’ailleurs. Normal... notre société a pris en horreur ses fous, elle les cache, les met sous le couvercle, tente de les faire taire mais c’est peine perdue, les fous réapparaissent toujours, à commencer par en nous-même ! Bref, cette pleine page du Parisien était intitulée « Moi, Matthieu, schizo et heureux » et on voyait Matthieu de Vilmorin, 52 ans, sympathique visage souriant, lucidité étonnante sur cette schizophrénie qui s’est déclarée pour lui par des accès délirants, un peu mystiques, il y a 20 ans. Aujourd’hui, il cohabite avec son double, son 2e moi, plutôt en paix et son témoignage est poignant.

Les fous sont devenus, en quelques années, notre mauvaise conscience. Car nous sommes soumis à une "tyrannie de la normalité"... Vatican II, le concile des catholiques qui fête aujourd’hui ses 50 ans avait demandé justement qu’une attention soit toujours portée aux plus pauvres, aux plus vulnérables de notre société, à ceux qui ne poursuivent pas toujours la performance, le succès, l’indépendance, mais qui veulent vivre, tout simplement. Car c’est là le défi, en cachant nos fous dans les institutions spécialisées, psychiatriques, on risque de perdre ce qui fait la sève de notre corps collectif, ne plus se tenir proches les uns des autres, solidaires des plus faibles. Et puis, "il faut sentir les coeurs simples et confiants de ces personnes cachées derrière leur difficulté et leur handicap". C’est ce que pense depuis 1964 Jean Vanier, qui a fondé l’Arche dont tout le principe est de faire vivre les inadaptés avec des personnes apparemment normales. On déjeune, dine, on dort ensemble, on échange, on s’aime, on se soigne, on se soutient. L’Arche compte aujourd’hui plus de 140 communautés – il appelle cela des foyers- à travers le monde.

Jean Vanier publie ces jours-ci le très beau récit de son expérience, un texte sur sa vie avec les fous, chez Albin Michel. Son titre : « Les signes des temps »

Et puis, nous appelons ce matin Yaoundé, un français professeur, installé au Cameroun depuis 3 ans. Son blog très riche, et actif se trouve au bout du lien suivant:

http://yaounde-3-chosesavousdire.over-blog.fr/article-etes-vous-matinale-de-france-inter-111045137.htmlEnfin, Jean-François Six, nous raconte ce que fut pour lui, jeune prêtre de 33 ans, l'ouverture du Concile Vatican II.

Les références
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.