Un nouveau voyage dans le temps et l’espace au menu du 5-6. Direction l’Allemagne, pour Allô l’Europe : une étude surprenante révèle que les Allemands, en termes de patrimoine, sont parmi les plus pauvres d’Europe . On ira aussi explorer notre cerveau, avec l’invité de la semaine, le spécialiste de la mémoire Bruno Dubois : visite du lobe frontal ce matin. Notre saut dans le temps nous mènera en 1945 : le 13 mai, c’est le deuxième tour des élections municipales cette année là. Un scrutin somme toute assez banal. Ah non, petit changement : les femmes ont le droit de voter pour la première fois.

Il faut que je vous raconte. C’était l’effervescence dans le train Lyon - Paris ce week-end. Parce qu’il était plein à craquer, retour de vacances et du pont de l’ascension oblige, mais surtout parce qu’il y avait le PSG dans le train! Oui, le Paris-Saint-Germain. L’équipe au grand complet, en survêtement aux couleurs du club, rouge et bleu, le logo avec la tour Eiffel sur la poitrine. L’entraineur était là aussi. Toute l’équipe en première classe, évidemment, toute une équipe avec un gros casque sur les oreilles, aussi. On a l’habitude maintenant de les voir avec leurs caques entre deux matchs ou deux entraînements. Les voyageurs feignaient d’avoir besoin de se déplacer, tiens je vais aller en voiture 3 l’air de rien, histoire de voir à quoi ça ressemble une équipe de foot en vrai !

Ce n’était franchement pas la fête. Toute l’équipe avait la mine grave, il faut dire que le PSG venait de perdre 2-0 contre Saint-Etienne en demie finale de la coupe de France. Le PSG voit la finale de la coupe de France lui échapper. Résultat, il y aura un joli derby en finale de la coupe : ce sera l’Olympique Lyonnais contre Saint-Etienne.

Mais qu’est ce qu’elle raconte ? Je vous entends d’ici, vous les auditeurs amateurs de ballon rond. Vous êtes en train de penser que je dis n’importe quoi. Le PSG n’a pas la mine grave enfin, il est champion de France depuis hier soir ! Ils n’ont pas perdu contre Saint-Etienne ce week-end, ils ont gagné contre Lyon !

Ah oui, mais moi je parlais de football féminin ! Dans le train Lyon - Paris, c’étaient bien des femmes en survêtement, l’équipe féminine du PSG. Ce sont bien les Parisiennes qui ont perdu en demi finale de la coupe de France face aux Stéphanoises. Vous me direz, ça m’étonnerait que David Beckam ou Zlatan Ibrahimovic, les deux vedettes du PSG hommes, prennent le train au sortir d’un match. Le jet privé semblerait moins surprenant.

Mais je ne vois pas pourquoi je devrais préciser, quand je vous raconte que j’ai vu le PSG dans le train, qu’il s’agit du PSG féminin. Est-ce qu’on précise, quand on parle du championnat de ligue 1, dont le PSG est champion depuis hier soir, donc, qu’il s’agit de foot masculin ? Non.

Regardez le tennis. Certes les joueuses sont beaucoup moins bien payées que les joueurs, certes la grande finale de Rolland Garros, la finale qui compte, celle qu’on programme le dimanche pour finir en beauté la compétition, c’est bien sûr la finale messieurs. Mais au moins on précise, finale "messieurs". On ne dit pas que c’est la finale de Rolland Garros "tout court".

Sait-on jamais, peut-être que les journalistes sportifs se lèvent très tôt, peut-être qu’ils écoutent France Inter. Alors je leur demande, ça ne coûte rien d’essayer : pourriez-vous s’il vous plait rajouter un petit mot, quand vous parlez foot ? Masculin, trois syllabes. Histoire de préciser que vous parlez de la ligue des champions de football masculin, du championnat de ligue 1 masculin. Ça vous fera « perdre » une demi-seconde à peine. Et moi, dans ce cas là, je pourrais dire : il faut que je vous raconte, c’était l’effervescence dans le train Lyon - Paris ce week-end, il y avait l’équipe féminine du PSG.

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.