« Les pensées qui mènent le monde arrivent sur des pattes de colombe », disait Nietzsche, sans bruit, sans fracas… juste de façon opportune. Est-ce ainsi que la Pape s’apprête à entrer au Liban ? sur des pattes de colombe ? « L’homme en blanc », comme on l’appelle en Chine pour ne pas être censuré, va passer deux jours dans ce pays situé à la lisière de toutes les crises de la région… Israël au sud, la Syrie au nord et à l'est et une méditerranée en ébullition autour… Les printemps arabes dont tout le monde s’est réjoui très vite, n’ont pas tous honoré la complexité qui caractérise les sociétés orientales. En même temps que la démocratie voulait émerger, certaines forces islamistes disaient vouloir chasser les chrétiens de leur terre d’origine. Et le monde a découvert que les Chrétiens d’Irak et de Syrie étaient loin d'être des nantis: Chauffeurs de taxis, boulangers, épiciers, petits bourgeois ou paysans. Ils n’ont nulle part où aller. Leur terre est là, celle de leur histoire. Pas facile pour eux de se résigner à l'exil.

Depuis des générations et malgré quelques incidents ponctuels, ces Chrétiens vivent dans les villages, les montagnes, les villes en harmonie, en bonne intelligence avec leur voisin musulman. Alors que va leur dire le Pape, au cours des 7 discours qu’il prononcera au Liban ? On suivra cela… Ce matin, on lit dans la presse locale que les Musulmans du Liban sont peut-être les plus excités, les plus enthousiasmés à l’idée de cette visite… voilà, c’est déjà un premier signe encourageant. Inch'allah!

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.