Je voudrais vous parler d’un mail d’auditeur reçu cette semaine. J’aime beaucoup les messages d’auditeurs, je vous le dis au passage. Jean-Louis, dans son courriel, m’écrit ceci : « Ce matin, vous avez parlé de "jante féminine", sans doute vouliez-vous dire "gent féminine". La gent s’écrit G-E-N-T et se prononce exactement comme un agent, me précise Jean-Louis. "Gente" est le féminin de "gentil" au sens de "noble". On dit par exemple "gentil seigneur" et "gente dame". Eh oui, poursuit Jean-Louis, on doit dire la gent masculine, la gent féminine, et pas la gente. Merci d'y penser. » J’y penserai. Mea culpa, j’ai effectivement parlé de la "gente" masculine, cette semaine, pour souligner qu’on manquait un peu – beaucoup – d’expertes femmes invités sur les plateaux de télévision afin de commenter l’actualité. Mais je me pose une question, Jean-Louis. Si j’avais dit "la gent féminine" sans prononcer le E, n’aurais-je pas reçu un mail d’auditeur pour me signaler une faute ? C’est vrai que ça sonne bizarrement, non ? Même chose pour « après que » ! Je me souviens très bien de mon prof de français au collège, qui martelait en tapant sur la table avec le plat de sa main : « après que plus indicatif !» Il ne faut pas confondre avec « avant que ». On dit « Je suis entrée dans ce studio avant qu’il fasse jour ». Mais on doit dire : « j’irai peut-être me recoucher après que cette émission sera terminée ! » « Je t’autoriserai à prendre un dessert après que tu auras mangé tes brocolis.»

« Essaie de finir ces fichus brocolis avant qu’il fasse nuit. » Il y a même une explication ! On emploie l’indicatif avec « après que » parce qu’on parle d’un fait accompli, un fait passé donc attesté. Quand on parle d’un fait futur, donc éventuel, il faut employer le subjonctif. D’accord, mais quelle sonorité bizarre ! Ne vais-je pas écorcher l'oreille de certains auditeurs en employant correctement cette expression? Le plus simple, c’est de ne plus le dire ! Pas très courageux, mais efficace. Certes, ce type d’arguments va dans le sens d’un apauvrissement de la langue française, c'est dommage. Mais il reste toujours des occasions de s’emerveiller devant la richesse de la langue au quotidien. Un exemple ? L’autre jour, dans le bus 72, j’étais assise derrière deux adolescentes qui papotaient. Le téléphone de l’une des deux sonne. Elle hésite, puis décide finalement de ne pas décrocher. Et d’expliquer à sa copine : « Non, je ne réponds pas à tous les coups quand il appelle, je veux avoir l’air nuageuse, tu vois.» Avoir l’air nuageuse. Magnifique stratégie de séduction, non? Autant vous prévenir : si parfois la gent féminine ne répond pas au téléphone, après qu’elle vousa dit d’appeler, c’est tout simplement qu’elle se montre nuageuse.

Les références

L'équipe

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.