Au sommaire du 5-6 ce matin, une mission lunaire qui portait le numéro 13... Apollo 13 était de retour sur terre un 17 avril, en 1970, après une explosion restée célèbre. On retrouvera aussi notre invité de la semaine, le biologiste Jacques Testart, pour évoquer la PMA ce matin. Et puis les obsèques de Margaret Thatcher au menu de "Allô l'Europe".

Sur la vidéo, l’image tremblote un peu. On y voit un couple de quinquagénaires ouvrir un cadeau. Pou la femme, un châle au crochet, pour l’homme, une casquette. « C’est un châle de mamie ! », s’étonne la dame. « Oui, maman, il va falloir que tu t’y habitues », réplique en riant une voix féminine derrière la caméra. Cris de surprise, de joie, larmes, rires, émotion. Le couple soudain propulsé dans la grand-parentalité a compris la significations de ces cadeaux. Rapidement la nouvelle, véhiculée par la vidéo, fait le tour de la famille... et pas seulement, puisque cette vidéo a été vue plus de 40.000 fois sur YouTube. Oui 40.000 vues pour une annonce de grossesse à des futurs grands-parents!

« Vivre sa grossesse à l’heure d’Internet », c’est le titre du dossier parents enfants de la Croix ce mercredi. En 2013, la grossesse se déroule de plus en plus sur la Toile, de l’annonce de l’heureux événement à la salle de naissance. Selon une étude internationale, près d’un quart des parents dans le monde mettent en ligne les échographies prénatales. En France, seulement 13% des mères seraient concernées, mais cette étude date de 2010, nul doute que le phénomène s’est encore amplifié depuis. Cette enquête montrait aussi à l’époque déjà, aux Etats-Unis, 92% des enfants de moins de 2 ans avaient déjà un profil ou une empreinte numérique. En Europe, on est à 73%.

Le réseau social Twitter n’échappe pas à ce phénomène, poursuit la journaliste de la Croix. Certaines passent 9 mois à « live tweeter », à raconter leur grossesse en détail. Elisabeth Darchis, psychanalyste spécialiste de la maternité, précise que « les femmes enceintes parlent facilement d’elles et sont plus amenées à partager de l’intimité. On parle de « transparence psychique » durant cette période. Elles sont comme aimantées par les outils de communication qui répondent au besoin de partager leurs émotions. On le constate sur les forums ou les réseaux sociaux. Certaines regrettent plus tard d’avoir donné tant à voir. »

A lire, toujours dans ce dossier signé Marie Aufret-Pericone, des témoignages de mères hostiles ou pas à la grossesse 2.0, celles qui ont téléchargé une application sur leur smartphone (i-grossesse, par exemple) pour suivre jour par jour l’évolution du bébé en fonction de la date de conception et du terme. Alice, une femme enceinte de 35 ans, raconte qu’elle trouve les forums internet insupportables, car le ton est mièvre, les futures mères parlent à tout bout de champs de leur « gygy »… le gygy, c’est le gynécologue !

Selon Odile Amblard, rédactrice en chef dEnfant Magazine et du site enfant.com, « ce qui a le plus changé récemment durant la grossesse, c’est la quantité d’informations auxquelles les femmes ont accès et qui peuvent être difficiles à gérer. Elles cherchent des informations sur des forums plus ou moins sérieux et se précipitent à l’hôpital à la moindre inquiétude. Parrallèlement, dans une société qui se judiciarise, les équipes médicales s’entourent de précaution par peur de passer àcôté de quelque chose et multiplient les examens qui peuvent renforcer les inquiétudes des parents. Il faut être solide aujourd’hui, conclut Odile Amblard, pour vivre une grossesse zen. »

Vivre sa grossesse à l’heure d’Internet, un dossier à retrouver dans le cahier Parents Enfants de la Croix.

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.