Il est tout noir, deux grands yeux bleus, une énorme tête pour un petit corps, un minuscule bec orange et une coquille fêlée sur la tête. Son truc c'est de se plaindre presque tout le temps... et ça fait 50 ans que ça dure. Calimero, parce que c'est de lui dont je parle, Calimero va fêter ses 50 ans bientôt, il est né le 14 juillet 1963. Au début, c'est un personnage de pub pour une lessive. C'est pour ça qu'il est tout noir. Il tombe dans la boue et la lessive est censée lui rendre son beau jaune canari.

Puis c'est devenu le dessin animé. Eh bien moi j'aime Calimero. J'aime Calimero parce que contrairement à tous les héros de notre enfance, Calimero n'a aucun super pouvoir, il n'a pas la prétention de sauver le monde, il n'a pas besoin de se déguiser, avec une cape ou je ne sais quoi. Calimero, c'est l'anti-super-héros. Il est tout petit, tout fragile avec sa coquille d’œuf sur la tête. Mais ce que je préfère par dessus tout chez lui, c'est que c'est un emmerdeur. Calimero emmerde le monde, constamment, il est sans arrêt en train de se plaindre que c'est vraiment trop injuste, que tout le monde l'abandonne. Contrairement à ce superman de pacotille qui veut faire le bien autour de lui, Calimero, lui, ne pense qu'à son nombril.

En fait je devrais peut être dire ne pensait qu'a son nombril, parce que pour fêter ses 50 ans Calimero va revenir a la télévision, sur TF1, à la rentrée, et de l'aveu même des producteurs, Calimero a changé. Il était trop geignard. Terminé la victimisation, terminer la plainte, il va râler, bien sûr, mais enfin pas trop quand même. Parce que, non, en 2013 on n'a plus le droit de se plaindre. Quand il est né il y a 50 ans pour vendre des lessives on avait encore le droit de râler, mais maintenant , qu'on en vend de moins en moins des lessives, c'est terminé, on ne râle plus. Alors je suis inquiet. Je suis inquiet parce que je me dis qu'un monde, où plus personne ne se plaint, ça, ce serait vraiment pas juste...

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.