Ce matin, pour inaugurer notre partenariat avec l'AFP (qui nous donnera l'ocassion de converser chaque mardi et chaque jeudi avec un correspondant du bout du monde), nous parlons en direct avec Sébastien Blanc, journaliste de l’Agence France Presse à Pékin, installé dans la capitale chinoise depuis 2 ans…

Il évoque les scandales politiques et les affaires de corruption qui ont transformé ce millésime 2012 en véritable "annus horibilis" pour le régime chinois déjà en mal de légitimité. A 2 semaines de l'ouverture du Congrès du PC, la chute de Bo Xilaï fait désordre. Bo Xilaï, étoile montante du parti, était promis à être l’un des neuf du comité permanent, c’est-à-dire au cœur du Parti.

Grâce à Weibo, le twitter chinois, tout le pays a pu suivre les épisodes de cette chute politique rocambolesque. On parle d'"aristocratie rouge" en Chine, à propos de cette classe politique corrompue. Bloomberg a publié une enquête sur le train de vie et la fortune familiale de XI Jinping, le futur numéro 1 chinois… lui et son clan disposeraient de 300 millions d’euros bien cachés ; Rendons hommage à travers cette conversation à Jean Leclerc du Sablon, journaliste passé par l’AFP et grand spécialiste de la Chine et disparu hier.

Autre actualité à l'étranger:

L’hebdomadaire allemand le Spiegel a sorti il y a quelques jours une info qui fait froid dans le dos. L'Iran aurait monté un scénario catastrophe pour redevenir incontournable dans le concert des nations. Le pays des mollahs aurait songé à déclencher une marée noire dans le Golfe pour bloquer les exportations de brut et contraindre à la levée des sanctions contre la République islamique. Leur idée est simple : couler un pétrolier en plein détroit d’Ormuz, bloquer ainsi temporairement le trafic maritime par la pollution, 'punir' aussi les pays arabes voisins hostiles à l'Iran et donc forcer l'Occident à participer à un nettoyage de grande ampleur du Golfe - ce qui n’aurait pu se faire sans l’aide iranienne. Un billard écolo diplomatique à 3 bandes décrit dans la dernière édition du magazine allemande qui ne cite pas ses sources mais il dit nomément qui seront les responsables en charge du sombre projet.

Selon Der Spiegel, ce plan baptisé "Eau boueuse" est prêt, il n’attend plus que l'aval du guide suprême de la révolution, Ali Khamenei. Ce plan est le signe que les sanctions envers l'Iran commencent à toucher vraiment l'économie iranienne et que les dirigeants sont prêts à tout pour les faire, même temporairement disparaître.

Au menu de notre matinée ensemble, nous parlons aussi de prévisions climatiques avec le mathématicien Antoine Rousseau dans 10’. Nous recevons Colombe Schneck comme chaque matin, dans une librairie. Enfin, à 6h-10, vous écouterez le récit passionnant de la révocation de l’édit de Nantes qui s’est déroulée un 18 octobre, en 1685. Ce jour où Louis XIV décida de liquider ce qui restait du protestantisme en France et qui est rené depuis.

Les références
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.