Je suis allée au théâtre samedi, à Paris, dans le Carrousel du Louvre, où se cache un petit amphithéâtre de la Comédie française. En ce moment on y donne une adaptation des 3 petits Cochons… eh , non, je sais, ce n’est pas sérieux, à mon âge… et pourtant, la salle était pleine de sêctateurs petits et de grands, répartis à égalité, signe qu’en ces temps de crise, on est toujours à l’affut d’histoires instructives et rafraîchissantes…

Eh oui, les Trois petits cochons, c’est ce récit qui vient du font des ages, né en Angleterre autour du 13e siècle, qui a circulé dans toute l’Europe et qui a sans cesse été réadapté… Alors bien sûr, la version de Walt Disney qui s’en est dernièrement emparé influence beaucoup notre imaginaire… mais elle omet un détail: Les 3 petits cochons sont chassés du foyer par leur mère, contrairement à la version Disney où il partent de leur propre chef découvrir le vaste monde. Sur scène, un boucher plus vrai que nature, grand tablier blanc sur son vaste ventre, promet de détailler la maman truie en saucisses et boudin, et caresse amoureusement la couenne de ses trois petits cochons, voués à un sort non moins tragique. Il devront "faire leur valise dans la nuit" et partir courir mille dangers, perdant à jamais le cocon familial. C'est la fin de l'enfance, le basculement dans l'inconnu.

L’humour et la cruauté se mêlent souvent dans les contes pour enfants. Des récits initiatiques grâce auxquels on refait des trajets de notre apprentissage de la vie.

Aller voir ces pièces interprétées avec sobriété, sans sensiblerie, procure une joie et une paix très rafraichissantes…

Mais si vous ne passez pas par Paris ces prochaines semaines et si vous n’avez pas un petit enfant sous la main à emmener voir les 3 petits cochons à la Comédie Française, je vous recommande tout simplement de courir dans votre librairie vous procurer un livre qui accompagnera vos longues soirées d’hiver. C’est le recueil de Contes que Michel Tournier a publié il y a 30 ans, le Coq de bruyère… Un livre qui reprend des légendes anciennes, qui viennent du fond des âges, à lire sans modération, de 7 à 77 ans.

Au menu de notre heure ensemble , nous avons RDV avec une grande voyageuse, ethnologue, amoureuse de l’Amazonie… Eve Sivadjian et puis à 5h25, nous partirons pour Osaka, au Japon où nous attend une française écolo. A 6h-10 un historien nous racontera le grand discours, fondateur d’Abraham Lincoln à Gettysburg, un 19 novembre 1863. Ce discours marque toute l’histoire de la démocratie américaine, il nous sera raconté par André Kaspi, l’un des meilleurs spécialiste de l’Histoire des Etats-Unis.

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.