Dernière émission avant la fin du monde. D’ailleurs, les mayas n’avaient pas de swatch, ils n’ont pas dit à quelle heure celle-ci devait éclater. Entre nous, je préfère parler d’Apocalypse que de fin du monde. Apocalypse se traduit par révélation, un mot qui sous-entend un après, un renouvellement, une renaissance, voire une résurrection. Tout cela est prometteur… Tandis que "fin du monde", c’est le ravin, le grand vide, une chute interminable dans le néant. Les deux issues n’ont rien à voir… A propos de mythes, avez-vous remarqué qu’il ne cesse pas de pleuvoir depuis 24h ? Et savez-vous que l’un des plus anciens mythes de l’humanité est le déluge… Comme le rappelait Guillaume Gallienne dans son émission de samedi dernier, on parle de déluge plus de 2000 ans avant la naissance de JC; ce qui sous entend que la fin du monde ne se résumerait pas pour Dieu à éteindre les lumières de l’humanité mais plutôt à tout noyer dans une immense vague. Rassurez-vous, certains surnageront, comme il est dit dans les chapitres 6 à 9 de la Genèse où Dieu épargne Noé qu’il considère comme le meilleur des hommes. Noe a alors 600 ans et il entre dans l’arche avec des bêtes, avec sa femme, ses fils et les femmes de ses fils. Il faut être 2 par race, un mâle et une femelle, et prendre la mer pendant 40 jours et 40 nuits de déluge. Un jour la pluie cesse mais alors, comment savoir si la terre est réapparue ? Le doute subsiste. Noe envoie donc un oiseau qui revient se poser au bout de quelques minutes dans l’Arche. Il n’a pas trouvé d’endroit où se poser. Un jour ce même oiseau revient avec un rameau d’olivier dans le bec. C’est bon, la terre est réapparue. On peut y retourner. Un texte magnifique, que vous pouvez réécouter à l’envi, lu par Guillaume Gallienne dans son émission « ça peut pas faire de mal ». Et cela m’amène à cette phrase du poète allemand Holderlin, qu’il faudrait longuement méditer : « la mer crée les continents en se retirant » …

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.