Encore un grand voyage au menu du 5-6 ce matin. Je vous emmène sur Vénus : le lancement de Pioneer Vénus dans les oubliettes du temps ce lundi. Nous irons aussi en Corée du Sud : avec un Français expatrié à Séoul, nous évoquerons les tensions entre les deux Corées ravivées par des nouveaux tirs de missiles. Un voyage, ce sont des souvenirs qu’on ramène, des photos, des vidéos, et aussi des odeurs ! Le nez, cet organe fascinant, on en parlera justement avec notre invité. Son métier ? Il est nez. Le parfumeur Jean-Claude Ellena est l’invité du 5-6 tout la semaine.

Alors ça y est : ça, c’est fait. La loi autorisant les couples homosexuels à se marier a été promulguée par François Hollande et publiée au Journal Officiel, au lendemain de sa validation par le Conseil constitutionnel. La France est le quatorzième pays du monde à franchir le pas. Qu’on soit pour ou contre, quelque chose me dit qu’on est nombreux à penser : « Ouf ! Peut-être qu’on va arrêter d’en parler, alors…».

Bien sûr, il y a un « camp » qui a perdu : la loi contre laquelle ils se battaient est finalement passée. Mais ils doivent être nombreux, même parmi les opposants au texte, à être soulagés. Parce que les discussions étaient devenues épuisantes. Voilà un sujet - et je n’ai pas l’impression qu’ils soient si nombreux - sur lequel personne ne convainc personne, un sujet sur lequel personne ne change d’avis. Vous en connaissez, vous, des gens qui étaient pour et sont finalement devenus contre ? Et l’inverse ? Non. Alors pourquoi ces débats interminables, ces engueulades, ces crispations ? Cela pouvait sembler un peu vain, et pourtant on continuait à discuter. Ah, combien de repas de familles ont été gâchés par ce projet de loi sur le mariage pour tous ? Si ce n’est pas le cas chez vous, dans votre famille, vous en connaissez forcément au moins une où on s’est engueulés sur ce sujet de société !

Un dessin publié dans le Figaro résume bien tout cela. Deux dessins, plus précisément. Un diner en famille. Premier dessin : tout le monde est autour de la table, on déplie les serviettes sur les genoux, la tante Machine caresse gentiment la tête du chien, cousin Machin semble s’être peigné la moustache, tout le monde s’est mis sur son 31, tout le monde est très souriant. La légende : «Surtout, n'en parlons pas. »

Deuxième dessin : c’est la guerre, ou presque. Cousine Machine se fait étrangler par oncle Machin. On se poignarde dans le dos à la fourchette, un couvert a même terminé dans le derrière du chien. Les assiettes ont valsé, tout comme les verres, les couverts et la carafe d’eau, la nappe blanche a terminé sous une chaise. Explication du drame dans la légende : « Ils en ont parlé... ». Eh oui, il y a des sujets qui fâchent vraiment.

Ah au fait, ce dessin a bien été publié dans le Figaro, mais j’ai oublié de vous préciser quand. C’était en 1898. Une caricature signée Caran D’Ache, qu’on retrouve beaucoup dans les livres d’histoires pour illustrer l’affaire Dreyfus, à la fin du XIXème siècle.

Je me demande quelle image il restera de ce débat 2012-2013 sur le mariage pour tous. Y aura-t-il y une photo de Frigide Barjot dans les livres d’histoire de nos arrière petits-enfants ?

Diner en famille? Caran d'Ache. 1898.
Diner en famille? Caran d'Ache. 1898. © Radio France / Le Figaro. Caran d'Ache.
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.