Comment se lever du mauvais pied quand on voit toute cette chantilly sur les voitures ?

Comment, je vous le demande, prendre le monde au sérieux quand on a l’impression qu’il est retenu sous une meringue écroulée ?

Les jours de neige, de belle neige, ont ceci de magique qu’ils vous apprennent à ne plus rien prendre au sérieux. La neige nous transporte dans un beau voyage immobile. Plus rien ne semble agité, on est là, planté avec nos habits colorés au milieu du désert. Et on regarde la blancheur qui tombe du ciel, qui coule presque, tellement elle est régulière et dansante, cette neige, elle recouvre tout. Hier, en marchant on était pris d'une sorte de vertige, où est le dessus, où est le dessous : soudain la neige nous perd, nous sème dans l’espace, elle nous égare, joue avec nous. Et puis on devine un trottoir ici, une bordure de massif de fleurs là, et cette statue défigurée au-dessus de nos têtes, qui a comme reçu une gifle de coton pendant la nuit dont elle a gardé la trace sur la joue droite...

Ce déluge de coton n’a pas cessé de la journée, s’amoncelant sur chaque chose. On pouvait voir le temps progresser à l’épaisseur du nappage.

Et puis la neige ne rend pas grave, ni triste, elle rend au contraire léger, enfantin, joyeux. Batailles de boules de neige, bonhommes de neige avec nez en carotte, chacun veut s’approprier un peu de cet insaisissable phénomène. On marche à tâtons, on glisse, on rit. Tout valdingue. La guerre au Mali est perdue, la crise ne passera pas, qu’importe, nous sommes là, bien vivants, enveloppés dans le coton.

La neige nous introduit dans la plénitude des sensations des douleurs, des plaisirs et en même temps, nous en soigne.

Le blanc, ce n’est pas comme on le croit, la plus pure des couleurs, au contraire, ce sont toutes les couleurs mises ensemble. Le blanc, c’est le soleil qu’on regarde en face, la lumière la plus intense, la plus pleine possible. La neige, ce pourrait être la fin du monde en accéléré.

Ecoutez ce qu’écrivit un jour Jules Renard : « La vieillesse arrive brusquement, comme la neige. Un matin, au réveil, on s'aperçoit que tout est blanc. »

AU MENU DE NOTRE EMISSION

Philippe Bouchet, zoologue, professeur au Muséum d’Histoire Naturelle qui rentre d’une expédition étonnante, en Papouasie-Nouvelle-Guinée, où il a déniché toute une série de nouvelles espèces animales et sous marines…

A 5h20, Rencontre avec l’Irlande, ce pays qui préside l’Union Européenne depuis 20 jours.

A 5h25, on appelle un français installé par -40° à Irkoutsk, en Sibérie.

Et puis restez avec nous parce qu’à 6h-10, on interrogera un historien sur cet évènement qui s’est déroulé un 21 janvier, en 1793… Ce matin-là, place de la Concorde, les révolutionnaires décapitaient Louis XVI. L’historien Emmanuel de Waresquiel nous racontera.

RECOMMANDATION DE LECTURE:

" Le clan Obama - Les anges gardiens de Chicago " de François Clémenceau (éditions Riveneuve, 2013)

Les références
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.