CANDIDE DE VOLTAIRE - au Studio Théâtre de la Comédie Française jusqu'au 3 mars 2013

En cette époque chahutée, il ne faut pas hésiter à lire ou à relire Voltaire. Ou mieux, aller voir au théâtre l’adaptation de certains de ses contes… En ce moment, le Studio théâtre de la Comédie Française joue Candide.

Un spectacle d’une heure 10, dans lequel on suit les pérégrinations de ce personnage lent et observateur, acharné à retrouver sa Cunégonde et à garder son optimisme quoiqu’il arrive. Difficile de restituer l’optimisme d’un homme, ou d’un concept, sans que cela ne semble niais, ou détaché de la réalité. L’attitude de Candide, imperturbable alors qu’on ne cesse de le frapper, de lui raconter tout une série de tragédies, montre en creux comment Voltaire se moquait de la passivité de ses contemporains. Critique de toute une société docile, du poids des religions qui rendent hypocrite, bref, Voltaire s’amuse à imaginer les pires atrocités pour que le regard placide de son héros semble tout à fait décalé.

« Tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes », répète Candide. Et nous, spectateurs, on n’y croit pas. Voltaire veut créer un sentiment de méfiance à l’égard de cet état de satisfaction. La mise en scène est géniale, la misère du monde, les récits terribles de femmes découpées, violées 100 fois, maltraitées, vendues, torturées, affluent dans un salon cossu, 18e avec du champagne et des tasses de thé chaud. Là aussi, le décalage est réussi. Sur scène vous retrouverez Laurent Laffite, en smocking et le jeu prodigieux de Claude Mathieu, une sociétaire de la Comédie Française.

AU MENU DE NOTRE MATINEE ENSEMBLE

Ce matin on évoque les noces d’or de la France et de l'Allemagne... eh oui aujourd’hui cela fait 50 ans que nous sommes réconciliés... enfin réconciliés, façon de parler, que nous nous efforçons d'oublier nos différends et les nuances profondes de nos cultures politiques. Nulle part ailleurs dans le monde un tel binôme ne dispose de structures bilatérales aussi denses et variées, aussi imbriquées que nos deux pays. Suivez notre matinale spéciale en direct de Berlin, dès 7h.

A 5h25, nous appellerons le correspondant de l’AFP au Maroc qui nous parlera des politiques d’alphabétisation que l’UE mène là-bas, dans les campagnes. A 5h40, le coup de coeur littéraire de Colombe Schneck et à 6h-10, on revient, avec un historien, sur les manifestations qui commencent un 22 janvier 1905 en Russie et qui préfigure la révolution bolchévique de 1917.

Les références
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.