Le saviez-vous ? Aujourd’hui, certains espèrent accéder à l’immortalité…

Eh oui car en ce 24 janvier, sous les ors de la coupole, au bord de la Seine, face au Louvre, se déroule une élection des plus secrètes. Pour la 3e fois consécutive, une quarantaine d’académiciens va tenter de combler un fauteuil vacant, celui de Pierre-Jean Rémy, décédé il y a trois ans. Trois ans pour une petite élection sans mandat, cela peut paraître long et d’ailleurs ça l’est mais quand on interroge les initiés on comprend qu’entrer à l’Académie Française, devenir immortel sous la coupole, relève du parcours du combattant.

D’abord il faut le vouloir, farouchement et surtout ne pas avoir peur d’être humilié : PPDA, François Taillandier, Patrick de St Robert et Dominique Bona l’ont appris à leurs dépends. Ils ont été retoqués, parfois avec des croix sur les bulletins de vote, outrage suprême, alors qu’ils postulaient à tel ou tel fauteuil. Cela ne leur interdit pas de retenter leur chance un jour.

Aujourd’hui, parmi les 5 candidats au fauteuil de PJ Rémy, trois sont récidivistes mais inconnus et deux sont bien placés. Alain-Gérard Slama, essayiste, chroniqueur à France Culture, d’un côté et Sylvie Germain, romancière de l’autre. Tous deux sont dans l’antichambre de l’immortalité ce matin. Un observateur aguerri de la scène littéraire française, Mohammed Aïssaouï, nous confiait hier que Sylvie Germain avait toutes ses chances. Professeur de lettres, auteur d’une trentaine de romans, gratifiée de nombreux prix, elle est surtout une femme, ce qui représente un atout pour cette assemblée masculine à outrance (actuellement 5 femmes sur 35). Si aujourd’hui l’élection tournait court une fois de plus, alors ce serait un lourd symptôme d’échec pour l’Institution, vieille certes de quatre siècles (créé en 1635 par Richelieu) mais qui n’a pas pour autant raison de s’enterrer vivante.

Pour être élu à l’Académie Française a dit un jour Jacques Chastenet il faut 3 qualités :

-du talent

-de la notoriété

-être de bonne compagnie (ce dernier point figure même dans les statuts de l’Académie)

Il en manque souvent 1 des 3. Le Quai Conti est le dernier salon littéraire en activité de France, un espace dédié à l’art de la conversation, et au commentaire truculent. Rappelons que la mission première de l'Académie est de composer le dictionnaire. La commission du dictionnaire, qui se réunit chaque jeudi, achève en ce moment la lettre "R".

En tout cas, et c’est important de le noter, beaucoup de grands écrivains refusent de postuler ! Les Immortels rêveraient qu’un Patrick Modiano, qu’un JM Le Clezio ou même qu’un Philippe Sollers se portent candidat, eux s’y refusent. Ils sont ravis que ce soit leur œuvre, leurs mots, leur seul talent qui leur ouvre les portes de l’éternité.

(Merci à Charles Ficat, éditeur et écrivain, pour ses précieuses infos)

Les références
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.