Peut-être avez-vous déjà vu "les Enfants du Paradis" ? Ce film de Marcel Carné dure 3h, il a été tourné il y a 60 ans et reconstitue le Paris romantique des années 1840, populaire, théâtral… Si vous avez eu le plaisir de le visionner, peut-être que les multiples griffures de la pellicule, les traces de dépolissage, d’humidité, et même les tampons des douaniers sur les images vous ont charmé. Mais jamais vous n’avez eu l’occasion de voir ce chef d’œuvre dans son état restauré actuel. Car "Les enfants du Paradis" ressortent aujourd’hui en salles, dans une version magnifiquement restaurée. C’est Pathé qui s’est chargé de recoudre les bobines ensemble, de sauver les séquences abîmées par le temps. 40 personnes ont travaillé l'année dernière pendant plusieurs mois sur la copie, des milliers d'heures. Il a fallu parfois reconstituer des scènes entières, coupées dans le négatif original pour éviter des sauts d’image. Une entreprise titanesque. L’histoire des "Enfants du paradis" vous la connaissez : c’est l’histoire d’un amour fou et impossible de prim'abord entre Garance, libre et ravissante femme du pavé parisien, jouée par Arletty et, le mime Baptiste Deburau (interprété par Jean-Louis Barrault) maigre, délicat et si poétique. Tout au long du film, les répliques écrites par Jacques Prévert distribuent leurs étincelles de grâce. Ce qui ensorcèle le plus, ce sont les mouvements de foule, la joie de vivre désespérée des comédiens. Nous sommes au théâtre des Funambules, reconstitué avec ses décors, ses coulisses, son public déchaîné. Ce film est d’autant plus spectaculaire qu’il a été tourné en temps de guerre, sous l’occupation ! Imaginez un an de tournage au milieu des tickets de rationnement, des arrestations, des décors fragiles, des pellicules rationnées et d’une l'électricité intermittente.

Bref, voilà un film long, unique, culte, envoûtant qu’il ne faut bien sûr pas manquer, dans les salles obscures ces jours-ci ou bien en DVD…

Au menu de notre matinée ensemble, dans 10’, nous nous enfonçons dans la forêt avec Emmanuelle Grundman. Nous partons avec cette primatologue à la rencontre de ces grands singes qui nous ressemblent ! Et puis nous avons RDV avec l’Europe qui cherche sa place dans la mondialisation. Dans 20’, nous appelerons Magdaléna, francophone de San Francisco qui réfléchit aux différents syndromes qui touchent les expatriés. Son blog:

http://www.open-the-box.com/

Enfin c’est à Montoire, dans le Loir et cher que nous terminons cette heure ensemble. Nous remontons le temps jusqu’à ce jour fatidique de 1940, 24 octobre, à l’heure de la fameuse poignée de main entre le Maréchal Pétain et Adolf Hitler. L’historien Jean Vigreux nous fera revivre l’évènement qui marque le début d’une sombre période pour la France, celle de la collaboration.

ET PUIS LE DOSSIER PARENTS & ENFANTS DE LA CROIX DATE DU 24 OCTOBRE est consacré aux bons élèves: sont-ils plus heureux à l'école ?

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.