Un bel itinéraire au programme du 5-6 ce matin. Nous serons dans un chantier de fouille en Belgique : c’est là qu’est née la vocation de Pascal Depaepe, archéologue. Un passage ensuite par l’Allemagne dans « Allo l’Europe ». Un détour par l’Indonésie également, l’île de Sumatra précisément : Anne, une Française passionnée d’écotourisme, s'y est installée. On terminera ce voyage en Provence : Frédéric Mistral, le grand écrivain de langue provençale, est mort un 25 mars, le 25 mars 1914.

Qui décide de ces journées mondiales ? A quoi servent ces journées nationales ? Impossible de ne pas se poser la question quand on feuillette l’agenda des journées dédiées à une cause ou à une catégorie de la population. Parce qu’il y a un site Internet pour cela évidemment, un site qui les répertorie ! Figurez vous par exemple que samedi dernier, le 23 mars, c’était la journée mondiale de la météorologie. Hier, le 24 mars, la journée nationale de la courtoise au volant et la journée européenne de la glace artisanale. Et aujourd’hui, c’est la plus belle. Ce 25 mars, c’est la journée mondiale de la procrastination.

La procrastination, vous le savez, consiste à remettre au lendemain quelque chose qu’on doit faire aujourd’hui. Une journée de la procrastination, avouez que c’est fascinant. La journée de la procrastination, c’est toujours demain, comment décide-t-on d’une date ?

Mais il y a quand même des journées qui valent le coup, qui mettent un coup de projecteur sur une cause méconnue. Ainsi, aujourd’hui démarre la semaine nationale de mobilisation pour le don de moelle osseuse.

Chaque année en France, 2.000 nouveaux cas de maladie nécessitent une greffe de moelle osseuse. Des maladies graves du sang, comme des leucémies ou des lymphomes. Ces malades ont besoin d’un don de moelle osseuse. Mais la compatibilité entre un donneur et un receveur est très rare, car elle dépend de critères génétiques. Alors il faut que le fichier de donneurs potentiels soit le plus épais possibles. S’inscrire sur le registre France Greffe de Moelle, cela signifie qu’on est d’accord sur le principe, qu’on accepte d’être éventuellement appelé pour un don, un jour.

Non, la moelle osseuse, ce n’est pas la moelle épinière ! La confusion est fréquente. Aucun risque de paralysie, le prélèvement de moelle osseuse se fait dans le sang ou dans l’os du bassin. C’est un peu contraignant mais pas douloureux. Dans le cas d’un prélèvement dans l’os du bassin, il faut compter une journée d’hospitalisation. Et cela, seulement si on vous appelle pour un don, donc seulement si quelque part dans le monde un receveur a besoin de votre moelle osseuse en particulier.

Pour s’inscrire sur le fichier national des donneurs de moelle osseuse, il faut avoir entre 18 et 50 ans, être en bonne santé, passer un entretien médical et faire une prise de sang. Vous pouvez vous préinscrire sur internetou en vous renseignant auprès de l’Agence de biomédecine. Pour l’instant, nous sommes 200.000 inscrits sur ce fichier, c’est bien trop peu. Plus il y aura de monde, plus les profils des donneurs seront variés, plus les chances de guérison pour les malades seront fortes.

L’agence de biomédecine espère recruter 18.000 nouveaux donneurs potentiels en 2013.

Avouez que c’est typiquement quelque chose dont on se dit : "Tiens, il faudra que je le fasse à l’occasion" et qu’on ne fait jamais. N'attendez pas demain, si vous avez envie de le faire, faites le aujourd’hui… en cette journée mondiale de la procrastination !

Les références

L'équipe

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.