Premiers mots d'Antigone, d'après Jean Anouilh, réveillée de bon matin: Je viens « de me promener, nourrice. C’était beau. Tout était gris. Maintenant, tu ne peux pas savoir, tout est déjà rose, jaune, vert. C’est devenu une carte postale. Il faut te lever plus tôt, nourrice, si tu veux voir un monde sans couleurs (…) Le jardin dormait encore. Je l'ai surpris, nourrice. Je l'ai vu sans qu’il s’en doute. C’est beau, un jardin qui ne pense pas encore aux hommes. Dans les champs, c’était tout mouillé, et cela attendait. Tout attendait. (…) c'était encore la nuit. Et il n'y avait que moi dans toute la campagne à penser que c’était le matin. C’est merveilleux, nourrice. J’ai cru au jour la première, aujourd'hui. »

Les références
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.