Des yeux de biche, soulignés d’un trait d’eye liner, un charmant minois, un foulard vert noué à l’ancienne autour de la tête, une paire de lunette de soleil très sixties à la main… si vous habitez Paris, vous n’avez pas pu ne pas remarquer cette affiche. Et dans ce cas, vous avez reconnu Audrey Hepburn, la photo est extrait du film « Charade » où la belle américaine et le bel américain (ne l’oublions pas) Cary Grant déambulent dans Paris. L’intrigue du film de Stanley Donen se déroule en effet dans la capitale française.

Et c’est loin d’être le seul réalisateur américain à s’être servi de Paris comme d’un décor naturel.

Hollywood aime Paris.

Et oui, un américain à Paris de Vincente Minelli où Gene Kelly séduit la française Leslie Caron sur les quais de Seine.

Car avec Hollywood, on tombe vite dans le cliché de Paris… so romantic…romantique façon lumière des réverbères sur une petite place de Montmartre. Ca nous agace parfois mais reconnaissons le, c’est le flatteur.

Alors pour redécouvrir Paris à travers les yeux des cinéastes hollywoodiens, rendez-vous à la l’exposition organisée à l’hôtel de ville de Paris jusqu’au 15 décembre.

Je voulais vous en parler car vous allez, à travers cette exposition, redécouvrir cette ville, même si vous y vivez depuis des années.

Peut-être même allez vous l’aimez de nouveau, si ce n’était plus le cas bien sûr.

Paris décor réel, Paris carton pâte dans les studios de la Paramount ou de la MGM, Paris médiéval, Paris des années folles, Paris vu par Clint Eastwood, Woody Allen, Lubitch, ou Tarantino, Paris aux mœurs si légères…Mais Paris aussi parfois si sombre.

Que de fantasmes en une seule ville.

Une ville de cinéma, une ville pour le cinéma.

Avec cette exposition, on est à la fois dans le vrai Paris mais aussi dans le Paris rêvé, imaginé, sublimé par l’écran.

C’est un voyage dans tous les sens du terme : voyage dans le temps, dans les époques, dans les souvenirs, dans les lieux que vous connaissez ou que vous croyez connaître.

Et tout cela grâce aux clichés, dessins, extraits de films, costumes qui sont rassemblés sur place, à l’hôtel de Ville.

Pas de raison de se priver, c’est gratuit, en plus !

Et alors que le monde a les yeux rivés sur l’Amérique et les élections, pour notre égo, c’est bon de se dire que parfois aussi, les Etats-Unis nous regardent aussi..

Au menu de notre matinée ensemble

Nous irons rendre visite à nos ancêtres préhistoriques avec Marylène Pathou-Mathis qui est préhistorienne et qui nous expliquera pourquoi ces débuts de l’humanité, ces premiers pas de l’homme, sont fascinants.

Et comme cette matinale est placée sous le signe du départ. Et bien nous prendrons la route, littéralement parlant.

Avec Jose Manuel Lamarque et Emmanuel Moreau, nous serons sur les chemins européens à la Finlande, le pays qui dit non.

Avec notre coup de fil quotidien à un Français de l’étranger, nous traverserons les frontières pour atterrir à Montréal.

Nous parlerons aussi des Etats-Unis et des liens entre Paris et Hollywood ou plutôt Paris vu par Hollywood.

Avec Colombe Schnek, le départ, sera un peu différent. Grâce au manuel de Dr Schnock, Colombe aujourd’hui nous propose d’explorer notre corps et notre tête qui parfois inventent des maladies comme la travaillose ou l’assoiffose. Rien de très grave en somme mais tellement nous !

Et en fin d’émission : le grand départ. Nous prendrons le large. Nous embarquerons à bord d’un grand paquebot le Normandie qui prit réellement le départ un 29 octobre… mais en 1932.

Nous reviendrons sur cet événement avec l’historien Johan Chapouteau.

Les références
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.