Il y a quelques années, j’avais essayé de quitter un réseau social auquel je m’étais inscrite un peu vite… il m’avait fallu envoyer une série d’email aussi détaillés que si je démissionnais d’un emploi jusqu’à ce qu’enfin, un inconnu au bout de la toile accepte de me radier des listes. Aujourd’hui 26 millions de Français ont un compte d’utilisateurs sur Facebook et 16 millions d’entre nous s’y connectent chaque jour. On pourrait croire que fort de son succès, Facebook a peaufiné la procédure de désinscription : il n’en est rien. A lire Libération ce matin, on comprend que la procédure est toujours aussi complexe et, disons-le, dissuasive. Si par malheur vous souhaitez suspendre votre profil facebook, armez-vous de patience, fouillez en profondeur dans les rubriques d’aide du site, et peut-être enfin vous dénicherez le formulaire de suppression… Facebook, c’est comme le sparadrap du capitaine Haddock, ça vous colle aux doigts !

Les références
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.