La Minute nécessaire de monsieur Cyclopède, c’était lui.

La noiraude, la vache neurasthénique de la télé des années 80, c’était lui.

Antivol, l’oiseau qui a des vertiges, c’était lui.

Les romans « où, on va papa ? », « Veuf », « Mouchons nos morveux », c’est encore lui.

« Tout enfant abandonné sera détruit », sur la scène du Rond Point, c’est encore encore lui !

Jean-Louis Fournier, écrivain, humoriste, acteur, réalisateur qui filma les minutes si nécessaires de son ami Pierre Desproges.

Rire de tout même du plus insupportable comme la mort de sa femme partie trop tôt, du handicap de ses fils partis ailleurs.

Fournier est « poli d’être gai » comme disait Voltaire. L’humour noir pour ne pas tomber dans le pathos quitte à choquer le politiquement correct des bons sentiments.

A coup de mots, il frappe fort dans les dents des idées reçues et donne des leçons branques de choses impolies, pour résister à cette drôle de vie qui finit toujours mal.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.