[scald=39661:sdl_editor_representation]« C’est l’histoire d’un musicien blanc pas clair, extra-divagant, patent, improvisé jusqu’aux yeux, rythminiqué de la tête aux pieds, impolitiquement correct, inculte de la personnalité, malpoly instrumentiste, conteur sur lui. Artiste insolite biodégradable à son insupportable. » Auto portrait léché signé Bernard Lubat. Lubat, sa tchatche, sa musique, sa plume, sa rage de faire et de défaire, de jouer et de déjouer. Un « improète » comme il dit. Un ouvrier gueulard de l’art, car quoi qu’on dise, c’est toujours la lutte des classes. Lubat fait de la résistance « poélitique » à Uzeste pour penser plus loin et gueuler plus fort contre « l’océan couillonaliste libéralotouristique ». C’est encore du Lubat dans le texte. Imaginez un peu des djembés au milieu du pré, des débats sur la place de l’église, des trompettistes accrochés aux arbres tandis que les poètes assurent la circulation des idées. C’est le monde meilleur de Lubat. A Uzeste : « On transforme le souci en souci de la transformation ». « Ni libertaire, ni libéral mais libérant »… L’avant-garde plutôt que les gardes à vue Le village comme un orchestre avec son batteur bateleur de mots. D’Uzeste à la fête de l’Huma, esprit camarade es-tu encore là ? Voilà pour notre partition du petit matin.### invité(s)

Bernard Lubat

Allain Leprest

liens

Louis Chedid

Arcade Fire -Myspace

Femmouzes T -myspace

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.