Debout tout le monde ! Nous avons encore un gros programme ce matin : il faudra creuser la terre à la recherche d’un ver venu de Nouvelle Zélande, qui prolifère chez nous et inquiète les scientifiques. On va prendre la route en Belgique, aussi, pour retrouver un amour d’adolescence. On va se faire inviter à un mariage dans une très riche famille du Qatar. On ira au cinéma, et on visitera Paris avec les yeux d’une petite fille de douze ans, toute juste arrivée de Côte d’Ivoire.

Reprenons. Les vers néo-zélandais s’appellent des plathelminthes . Si leur prolifération en France est inquiétante, c’est que ces vers invasifs mangent les vers de terres. Or les lombrics sont indispensables à la terre.

Retrouver le garçon qu’on avait embrassé en colo, l’été de ses quinze ans. Sur le papier, ce sera forcément magique. Sauf que la rencontre en question se déroule sur fonds de tensions communautaires en Belgique , et que les deux anciens amoureux, une wallone et un flamand n’ont plus grand-chose en commun. Rendez-vous avec Caroline Gillet dans « I like Europe » pour ces étonnantes retrouvailles.

Se plonger dansle quotidien d’une très riche famille du Qatar , assister au mariage de l’une des filles. Ce n’est pas facile, encore moins avec un appareil photo. Isabelle Eshraghi y est parvenue. Cette photographe nous racontera son reportage pour la revue « 6 mois » .

Le cinéma, ce sera bien sûr avec Laurent Delmas juste avant 7h. Laurent nous supplie d'oublier la polémique Kechiche et de courir voir « la vie d’Adèle », en salle depuis mercredi.

Je vous propose aussi de visiter comme si on avait 12 ans et qu’on venait de s’installer en France après une enfance en Cote d’Ivoire. Avec les yeux de Marguerite Abouet, l’auteur de la bande dessinée Aya de Yopougon . Elle est mon invitée aujourd’hui et demain pour « le matin du départ ». Comme destinations de voyage, elle a choisi Yopougon, bien sûr, son quartier d’Abidjian et Paris.

Aya de Yopougon - Film
Aya de Yopougon - Film © Radio France
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.