Je vous propose de reprendre notre voyage littéraire avec Marie-Hélène Lafon . Son dernier roman raconte la vie d’un ouvrier agricole, Joseph (Buchet Chastel). C’est un livre très touchant et plein de grâce. Un hommage à Flaubert, aussi, un cœur simple. "Joseph avait eu, comme un autre, son histoire d’amour". Mais les choses ont mal tourné... Marie-Hélène Lafon a évoqué hier son attachement au Cantal, qui est aussi un arrachement. Aujourd’hui, elle nous conduit dans la cour carrée du musée du Louvre, et à Vienne.

Avant cela, on passera par la Guadeloupe pour fêtera le carnaval, avec le reportage d’Anne Pastor, « hors circuit ». Autre fête, de l’autre côté du monde : le nouvel an chinois. Notre « bestiaire » sera consacré au dragon chinois. Des écailles, et une gueule barbue. Le dragon chinois symbolise la force de la nature.

Un détour par Villeneuve d'Ascq , aussi, pour évoquer une expo consacrée àAloïse Corbaz . Artiste suisse qui passa une grande partie de sa vie à l’asile. Elle est une figure de l’art brut , cher à Jean Dubuffet. L’exposition a démarré hier au LAM, musée d’art moderne de Lille Métropole.

A 6h20, on sera en ligne avec un grand artiste contemporain pour parler de son engagement social. Gérard Garouste a créé une association pour éveiller à l’art les enfants en difficulté sociale ou scolaire. La Source existe depuis 25 ans, et est installée notamment dans l’atelier de Rodin, à Meudon.

Enfin juste avant 7 heures, de la philo et de l’argot. Thibaut de Saint Maurice , notre philosophe du dimanche se penche sur l’amour en ce lendemain de Saint Valentin. Aurore Vincenti, la spécialiste de la langue de la rue, sera moins romantique, puisqu’elle vous expliquera le verbe « tchiper » : cela signifie faire un bruit avec sa bouche pour exprimer le mépris, le dédain. Je m’entraine, mais ce n'est pas évident...

Recette du lait au gingembre (F.R. Gaudry) :

Jiang zhuang nai :

Pour 4 personnes

50 cl de lait entier très crémeux (lait de vache jersiaise, en Chine on prépare ce dessert avec du lait de bufflonne)

4 cuillerées à soupe de sucre (ou à votre goût)

1 morceau de rhizome de gingembre mûr d’environ 70 g

4 petits bols très propres (type bol à riz chinois) et 2 grandes casseroles

Pelez le gingembre (le mieux est de le faire avec une petite cuillère) puis râpez-le dans un bol. Ramassez tout le gingembre râpé dans votre main et pressez-le fortement pour en extraire tout le jus. Filtrez le jus à travers une passoire fine et répartissez-le entre les 4 bols. Il doit y avoir environ 1/2 cuillerée à soupe de jus de gingembre dans chaque bol.

Versez le lait dans une casserole et faites-le chauffer à environ 70-80 °C. Pour mesurer la température, attendez que le lait commence juste à fumer, retirez du feu, ajoutez le sucre et remuez le lait 20 fois avec une cuillère (vieille méthode d’avant le thermomètre).

Elevez la casserole progressivement tout en versant le lait dans l’autre casserole. Levez le bras très haut pour que le “filet” de lait s’allonge au maximum. Avec juste un peu de précaution, il n’y aura pas d’éclaboussement. Pensez au geste du serveur de thé à la menthe, c’est exactement la même chose. Comptez une fois. Passez ainsi dix fois le lait d’une casserole à l’autre (c’est pour ça qu’il faut compter). Ensuite, remuez rapidement le jus de gingembre dans les bols avec une petite cuillère et versez le lait dans les bols. Laissez reposer 5-10 minutes (ne touchez plus aux bols), le lait doit coaguler comme du caillé. Servez chaud ou très frais.

La cour carrée du Louvre
La cour carrée du Louvre © CC - CC by - sa 3-0
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.