Gérard Guégan
Gérard Guégan © Radio France

Dans les années 70, il portait la moustache et s’était fâché avec les grandes barbes de la moitié de Paris.

Il s’apprêtait à s’engueuler avec l’autre.

Gérard Guégan, l’agitateur gauchiste de l’édition enragée qui voulait tout casser.

Casser du flic et du bourgeois, briser l’école, la télé, l’armée et la littérature à papa.

C’était l’époque du Black Power, des 343 salopes et des utopies désenchantées de 68.

Guégan mène sa révolution culturelle avec les éditions « Champ Libre » avant d’en être viré. Viendront les Editions du Sagittaire et les revues «Subjectif» et Contre champ, où la poésie se mêle au cinéma, où les influences marxistes croisent les surréalistes.

Des revues qui n’éditent que des auteurs énervés comme lui qui a signé une quarantaine de pavés dont le roman « La rage au cœur ».

Guégan en subversif romantique, fasciné par les gangsters des années 30 et les têtes brulées de l’Histoire.

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.