Elle trouve que le ciel bleu est un peu idiot. Elle aime les nuages, tout simplement, et nous a expliqué hier matin comment à l’âge de six ans, elle a décidé de faire le tour du monde en bateau, quand elle serait grande. Ne jamais se moquer des paroles d’enfant !Isabelle Autissier en a bouclé plusieurs, des tours du monde. Elle est mon invitée cette semaine pour « le matin du départ ». Ce matin, il est prévu de remonter la Charente en bateau.

Lui ne dit pas s’il préfère le ciel bleu ou les nuages mais il aime savoir pourquoi le ciel est bleu et comment naissent les nuages. Et aussi comprendre pourquoi vous aurez envie de bailler si je me mets à bailler. Il aime comprendre et il adore expliquer. Bruce Benamran sera mon invité en direct. Fondateur de chaine Youtube « e-penser » qui cartonne sur Internet. Plus de 600.000 abonnés. Preuve qu’il y a, en France, une grande soif de vulgarisation scientifique.

Au programme de ce 5-7 également, la ruée vers le sable. Dans quelques minutes, « c’est tout naturel », rubrique consacrée à l’environnement : je reçois l’auteur d’un « livre noir de la mer » pour parler du sable, gros enjeu du 21ème siècle.

Et puis je vous emmène au Cateau Cambrésis, dans le Nord, pour visiter une expo Matisse .

Bruce Benamran
Bruce Benamran © Radio France / MaxPPP

La chaîne youtube e-penser

La recette de François-Régis Gaudry :

Le Teurgoule (dans Tout savoir sur le quinoa de Jean-Philippe Derenne (éditions Fayard)

__

3 litres de lait entier

300 g de quinoa

400 g de sucre en poudre

1 bâton de vanille

Couper la vanille en deux longitudinalement. Mettre l’ensemble des ingrédients dans un faitout. Cuire 6 heures à 140°.

N.B. : Le temps de cuisson est plus long que pour le riz, mais le résultat est assez proche. La teurgoule n’est pas un riz au lait, mais un lait au riz. Du fait de la longueur de la cuisson, il se produit une lente fabrication de composés aromatiques complexes qui donnent l’impression qu’on a utilisé de nombreuses épices. Il est important que le lait soit entier. Du fait de la formation de la peau du lait, cette dernière forme une sorte de couvercle qui empêche en grande partie l’évaporation du lait, qui cuit comme si le faitout était ferme.

Les références

L'équipe

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.