Que n’a ton dit ou écrit sur Jacques Vergès, l’avocat du diable, le « Salaud lumineux », comme il aime se qualifier. «L’homme né colonisé, né en colère, né contre » qui écrit soigneusement le roman de sa vie, page par page, avec tous les mystères qu’il faut entre chaque chapitre : ses deux dates de naissance, la grande histoire et la sienne, l’anticolonialisme, le maoïsme, les études de droit, le FLN, sa conversion à l’islam, sa fameuse disparition, ses célèbres clients de Klaus Barbie à Carlos. Vous refermez son livre. Et l’énigme Vergès demeure. Le monde est une scène, la justice est un jeu pour l’acteur Jacques Vergès qui monte aussi sur les planches, dans le rôle du « serial plaideur » qui milite pour une seule cause : la sienne. « Je suis des deux côtés. Un avocat est à la fois confident de l’escroc et du naïf, du flic et du terroriste, de la sainte et de la nymphomane », plaide l’avocat de l’anticolonialisme et de la mauvaise conscience de l’occident ». Et comme Vergès est imbattable dans l’art des marques et des énigmes. Ce matin, point de portrait perdu d’avance, seul Vergès est le coauteur de sa vie. Voici plutôt des humeurs, des déambulations dans ses parties d’échec avec des histoires de roi, de fou, de dame et de pions Reste à savoir qui est qui….

liens

MAXXO

Arnaud Fleurent-Didier

Rocé

Duffy

Raphael

Francoise HARDY

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.