Que faire de son argent quand on est milliardaire ? Le fondateur de Microsoft, Bill Gates, a crée avec sa femme une fondation aux objectifs extrêmement ambitieux. Premier bilan tiré par la presse américaine. Il y a cinq ans, Bill Gates a fait "une proposition extraordinaire : il a invité les scientifiques du monde entier à soumettre leurs idées pour s'attaquer aux grands problèmes de santé dans le monde". Aucune idée n'était trop radicale, rappelle le Herald Tribune , ce "grand défi" devait permettre d'engager la recherche sur des voies innovantes, là ou les grands organismes se sont cassé les dents. Avec l'ambition de sauver des millions de vies, de combattre la faim et les maladies mortelles. Bill Gates n'a pas fait les choses à moitié. Il y consacre désormais tout son temps, après avoir sorti de sa poche des milliards de dollars. Résultat : c'est la plus riche fondation privée dans le monde. Concrètement –et ça c'est vraiment impressionnant- les dons qu'elle récolte chaque année sont supérieurs aux dépenses de l'OMS, l'Organisation Mondiale de la Santé ! C'est dire l'importance prise par la Fondation Bill et Melinda Gates. Et c'est pourquoi il est intéressant de voir comment il choisit de dépenser tout cet argent. - Que s'est-il passé pendant ces cinq années ? Celui qui fut, un temps, l'homme le plus riche du monde est-il content ? Environ 1600 propositions de scientifiques sont arrivées, explique le Herald Tribune . Les 43 meilleures ont été si prometteuses que la Fondation a donné, en cinq ans, plus du double de ce qu'elle avait prévu initialement : 450 millions de dollars de subventions (l'équivalent de 344 millions d'euros). Récemment, la Fondation a invité à son siège, à Seattle, tous les chercheurs, pour évaluer les résultats et choisir ceux qui recevront un financement supplémentaire. En dépit de nombreuses découvertes, deux-tiers des subventions ne sont pas renouvelés. Parfois, c'est parce que la recherche n'aboutit pas, ou que quelqu'un a trouvé un autre chemin. Parfois, un labo peut prendre le relai. Et dans certains cas, la fondation a changé d'objectif. "Nous étions naïfs lorsque nous avons commencé", a reconnu Bill Gates à plusieurs reprises. Même avec beaucoup d'argent et beaucoup de souplesse, il faut du temps pour développer la recherche, faire des tests. Puis les produits doivent être fabriqués à faible coût, et enfin il faut qu'ils soient acceptés dans les pays pauvres. - Quelques exemples de travaux en cours ? Bill Gates a pris l'exemple des vaccins qui n'ont pas besoin d'être conservés au frigo : une innovation qui lui semblait simple il y a cinq ans et qui ne sera pourtant pas prête d'ici à 2015. Bonne nouvelle tout de même : un vaccin est en cours de développement contre le paludisme. Par ailleurs, une équipe de Columbia cherche à empêcher les moustiques de piquer en leur enlevant la détection de notre odeur. Parmi les dossiers les plus-en vue, il y a aussi des progrès sur les cellules immunitaires, les cellules souches, un test sanguin pour déceler une dizaine de maladies en 30 minutes. En Ouganda, des Australiens veulent produire des bananes avec plus de vitamines. Dans l'Ohio, des équipes cherchent à "doper" du manioc, mais le projet est ralenti par l'opposition de groupes d'écologistes. "Je croyais, a résumé Bill Gates, tout de même un peu déçu, que j'allais sauver des vies aujourd'hui… Mais ça sera plutôt dans 10 ans à partir de maintenant".

lien

L'équipe
Mots-clés :
(ré)écouter Le 6/7 Voir plus
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.