Edition spéciale consacrée à l'attentat de Nice

La promenade des anglais
La promenade des anglais © AFP

Édition spéciale Nice du 6/9 du weekend, Clotilde Dumetz reçoit 5 invités pour mieux comprendre et analyser la tragédie du 14 juillet.

Les invités

  • Pierre-Louis Castelli, ancien journaliste de France Inter, habitant de Nice. 

"La promenade des anglais est un lieu qui symbolise le bon vivre: on vient courir, marcher, faire du vélo...", mais qui aujourd'hui est "plongée dans le silence". "Tous les quinze mètres, il y a des bouquets de fleurs".

  • Stéphane Gicquel, secrétaire général de la FENVAC (fédération nationale des victimes d'accidents collectifs).

"Notre association est là pour apporter une sensibilité des victimes aux pouvoirs publics." (...) "ce qui va être particulier est de savoir qui est victime étant donné que 30 000 personnes étaient sur la promenade des anglais".

"L'extension du fond d’indemnisation doit faire l'objet d"un vrai débat politique pour savoir si l'on prend les dispositions nécessaires pour que les victimes ne subissent pas de déclassement financier."

Le numéro de téléphone de la FENVAC : 0143175646 pour les victimes.

Créée et animée exclusivement par des victimes, la FENVAC s’engage pour accompagner les démarches des victimes.

http://www.fenvac.com/

  • Olivier Rafowicz , colonel de réserve de l'armée israélienne et spécialiste des questions sur le terrorisme.

"Il y a un danger d'auto-radicalisation du fait des réseaux sociaux. En quelques semaines, un individu peut passer d’un individu normal à un adepte de Daesh sans partir en Syrie."

"Le fait que nous soyons en état d’urgence devrait être accompagné d’une prise de conscience de la population globale. Il n’y a pas de tradition de lutte contre le terrorisme, il faut rentrer dans une dynamique de conscience globale."

"Nous avons à faire à une guerre face à des gens qui veulent démanteler la démocratie et tuer nos valeurs. Il faut clairement appeler la guerre la guerre et mettre en place des lois d’urgence capables de donner aux forces de polices et au gouvernement la capacité de les [terroristes] arrêter."

  • Tahar Ben Jelloun écrivain marocain, poète et peintre, titulaire du prix Goncourt pour son roman "La nuit sacrée"

"C’est une horreur absolue, nous le sentons particulièrement au Maroc. C'est extrêmement perturbant et très très grave."

"L'auteur de l'attentat peut très bien être un petit voyou violent qui va certainement se radicaliser tout seul." (...) "Daesh publie 1000 vidéos par mois. Il y a un lien virtuel qui finit par déboucher sur un attentat terrible. Nous avons à faire à quelqu’un qui n’est pas militant mais qui a emmagasiné tellement de violence qu’un jour il se dit qu’il va faire des victimes."

"La solution est l’éducation, (...) il avait la haine de la démocratie, de la joie."

Il estime que les réactions des politiques de droite sont loin de l'union sacrée, "lamentables", "c’est le moment de s’unir et de se demander qu’est-ce qu’on peut faire pour être et vivre ensemble?"

Tahar Ben Jelloun publiera le 25 août prochain chez Broché son ouvrage Le terrorisme expliqué à nos enfants

  • Alain Chouet, ancien directeur de la DGSE (direction générale de la Sécurité extérieure).

"Le tout sécuritaire n’est pas la seule réponse. Ce sont nos enfants qui passent à la violence au nom d’une idéologie extérieure."

"C’est un ensemble de mesures sociales, éducatives et culturelles qu’il faut mettre en place."

"La sécurité anti-terroriste n’est pas seulement une affaire de spécialistes. L’anti-terrorisme est l’affaire de tous et de tous les citoyens, il faut une vigilance globale. Il faut que les services de renseignement aient une politique globale d’éducation pour les citoyens."

Les chroniques habituelles sont reportées à une date ultérieure.

Les invités
Programmation musicale
  • ANDY SHAUF
    ANDY SHAUF

    2016

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.