À la veille d'une nouvelle journée de mobilisation contre la loi Travail, Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT - qui se dit satisfaite des négociations et a levé son préavis de grève en début de semaine - est l'invité de la matinale.

Soutien au sein de la CFDT

Je me sens largement soutenu à la CFDT. C’est normal qu’il y ait du débat. Ce qui se joue, c’est la place du syndicalisme dans l’entreprise. Pierre Gattaz dit : il faut négocier en entreprise mais sans les syndicats, c’est ce que va reprendre le Sénat. Il n’y a pas d’avenir du syndicalisme en-dehors de l’entreprise.

Loi travail : négociations à venir sur les garde-fous avec un contrôle a priori et a posteriori de la branche pour que l’accord de l’entreprise ne soit pas moins disant.

Il faut un rôle des branches qui soit important sur la façon dont on fixe les règles en entreprise. Il n’est pas question qu’il y ait le code du travail et les accords d’entreprise d’autre part. La branche est protectrice s’il y a du dialogue social dans les branches mais ce n’est pas toujours le cas. C’est pour ça qu’il est prévu de les réduire de 700 à 200.

Loi travail : « Accusation d’un code du travail par entreprise, d’inversion de la hiérarchie des normes »

Ce n’est pas vrai, tel que le code du travail est prévu, il fixera une durée légale du travail, un salaire minimum. Les syndicats doivent regarder en face le salariat qui se transforme en travail indépendant. Ça ne se fera plus avec des règles appliquées à tout le monde. Il faut laisser de l’espace. Certains patrons et politiques ont l’air de préparer un monde sans syndicat.

L’argument du dumping social :

Je viens de Saint Nazaire, je sais ce que c’est le dumping social. Il faut exiger des entreprises donneur d’ordres des règles vis-à-vis des entreprises sous-traitantes.

La CFDT minoritaire ?

Ce n’est pas un match entre les majoritaires et minoritaires. Au lieu de compter les minoritaires et les majoritaires, le gouvernement aurait mieux fait de ne pas se planter dans le lancement de cette loi.

"Je crois au progrès social mais tout ne passera pas par des lois"

Loi travail : oppositions au sein de la CFDT

On a 850 000 adhérents, vous imaginez bien que ce n’est pas un bloc uniforme. Dans un certain nombre de secteurs, la négociation apporte du plus aux salariés.

Accord sur les intermittents du spectacle

La confédération CFDT dit qu’une partie de l’accord doit revenir à l’État.

Avancées sociales :

Je crois au progrès social, je crois que les choses peuvent s’améliorer dans ce pays pour les travailleurs et que tout ne passera pas par les lois ou des circulaires venues d'en-haut.

Dialogue syndicaliste dans les TPE :

Qui a dit qu’il n’y aurait plus d’accord de branche ? Qu’il n’y aurait plus de couverture professionnelle à travers les conventions collectives ? Personne ! On parle de l’organisation du travail, de ce qui fait le quotidien des salariés.

Chèque syndical :

On pousse beaucoup l’idée de la contribution obligatoire des employeurs à la cotisation syndicale.

Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT.
Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT. © Xavier de Torres/Maxppp
Les invités
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.