François Hollande a lancé un "concours mondial d’innovation". L’initiative figurait dans le rapport Lauvergeon, remis au président en octobre dernier. La présidente de la Commissio

Ce concours vise à récompenser des innovations technologiques à la française, mais pas seulement. "Il n'y a pas que la technologie dans l'innovation", explique Anne Lauvergeon, évoquant notamment les services à la personne ou le "big data". "Nous proposons des innovations ouvertes dans ce concours."

Car pour elle, la France n'a pas à rester en retard sur le reste du monde en matière d'innovations.

On a raté les smartphones. On a raté les tablettes. On est en train de rater les objets connectés à Internet, mais ce n'est pas une fatalité. On va essayer de regarder tout ce qui est un frein à l'avancée. On aurait dû le faire il y a 15 ans, tant pis, on le fait aujourd'hui.

Nucléaire et gaz de schiste

Bien entendu, Anne Lauvergeon, ex-dirigeante d'Areva, ne pouvait échapper à quelques questions sur la politique énergétique française. Sur la réduction de la part du nucléaire d'ici 2025, elle lui paraît difficile à réaliser : "on n'est plus sur une date, mais sur un but".

Quant au gaz de schiste, elle prône la poursuite de la recherche sur le sujet. "C'est un sujet à regarder de très près. On a plus intérêt à utiliser le gaz de façon écologique que de recourir au charbon".

Les invités
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.