Très attendue sur le dossier des rejets de boues rouges dans les calanques de Marseille, la ministre de l'Ecologie doit aussi ces prochaines semaines examiner les alternatives possibles à l'aéroport de Notre-Dame-de-Landes.

Quelques mots sur l’ambiance délétère à gauche. La nouvelle charge de Cécile Duflot : à force de reprendre toutes les thématiques de l’extrême droite Manuel Valls a fait disparaitre la gauche. Vous êtes à l’aise dans ce Gouvernement ?

Il a fallu adopter un nouvel arsenal législatif […] personne n’a pensé que ce serait facile […] en respectant les traditions de la patrie des droits de l’Homme.

Les soubresauts […] sont regrettables.

C’est un débat qui aggrave les fractures de la gauche et a provoqué le départ d’une ministre importante.

Qui est dommage d’ailleurs . Christiane Taubira est une personnalité appréciée, en ce qui me concerne c’est une amie de longue date.

Dans l’intérêt du pays, il faut qu’un juste équilibre soit trouvé.

L’idée est qu’il faut atteindre le même objectif mais en levant les ambiguïtés qui ont été soulevées de façon légitime.

La gauche veut dire quelque chose aujourd’hui ?

Bien sûr

Où est-elle ?

Dans les actions quotidiennes.

Donc la gauche est au Gouvernement ?

Au Gouvernement, à l’Assemblée nationale, dans l’opposition au Sénat.

J’observe que les Républicains savent se rassembler quand il y a de grands enjeux, je le vis sur la COP21, sur la transition énergétique ou la biodiversité. Ce qui était très conflictuel au départ.

Etes-vous à l’aise dans le Gouvernement et à l’aise à votre place avec l’envie d’y rester ? Non seulement à l’aise mais consciente des responsabilités.

Le Quai d’Orsay est envisageable ?

Ce n’est pas le sujet.

Beaucoup de téléspectateurs ont découvert hier soir dans Cash Investigation que la France est le premier utilisateur de pesticides en Europe. Stéphane Le Foll a promis de les faire interdire.

Je me réjouis que la télévision traite ce sujet-là.

J’ai eu beaucoup de mal à faire interdire l’étendage dans les espaces verts. J’ai aussi fait retirer de la vente des jardineries le roundup.

Il reste beaucoup à faire ?

Il reste beaucoup à faire mais c’est la première fois qu’un ministre de l’Agriculture s’engage.

J’engage les agriculteurs à réduire l’utilisation des pesticides, quand on voit le nombre de cancers.

Nous connaissons maintenant des produits de substitution.

La France peut devenir le premier pays producteur et exportateur de produits de substitution aux pesticides.

Qui décide dans le dossier de Notre-Dame-des-landes ?

Ca suffit cette opposition des uns, des autres. Il y a des irrégularités, il y a des occupations illégales.

Il n’y a pas d’évacuation par la force, vous l’avez dit.

Oui, c’est du bon sens.

Personne n’y pense.

Donc vous pensez qu’il n’y aura pas d’aéroport.

Ce n’est pas le sujet.

Mon travail c’est de réconcilier et de faire émerger l’intérêt général.

Le problème c’est la desserte aéroportuaire du Grand Ouest . Et comment on fait pour sortir du blocage.

Il y a eu des dizaines d’enquêtes.

Oui il y en a eu beaucoup. Si les blocages avaient été levés plus tôt, si les gens s’étaient parlé, nous n’en serions pas là.

Pour avoir construit une ligne TGV dans ma région, [le dialogue est possible] il n’y a eu aucune contestation.

(Auditrice) est-ce que je peux continuer à manger du poisson péché au large de Marseille sachant que depuis 50 ans des boues rouges sont déversées ? On ne parle jamais des consommateurs.

Il est important que les pécheurs et les parties prenantes participent aux décisions qui sont prises.

J’ai engagé une étude sur les conséquences pour l’écosystème.

Est en cours une étude plus approfondie sur l’impact sanitaire, que je rendrai publique .

Des pollutions de ce type sont inadmissibles

(Auditeur) J’ai été choqué par le chantage à l’emploi et le chantage à la croissance et les déjeuners organisés entre industriels et parlementaires, que j’ai vu dans Cash investigation hier. Quand cela sera-t-il interdit ou rendu public ?

La rencontre entre les élus et les industriels est légitime, quand c’est pour faire évoluer les choses.

Sur les pesticides les choses sont en train de bouger vite.

Il faut développer rapidement l’agriculture biologique.

Je l’ai vu dans les jardineries, aujourd’hui elles n’ont pas vu leurs emplois baisser car ils ont mis en rayon des produits non nocifs et les consommateurs ne demandent que ça.

C’est une puissance d’action des consommateurs qui vont faire changer cela.

Le secteur du vin est le plus grand producteur de pesticides.

Des internautes vous questionnent sur le loup, une trentaine d’animaux a été abattue, au nom de la défense des brebis. On attend la décision de votre ministère sur le sujet.

Il s’agit de trouver un équilibre entre la protection des espèces menacées et la bonne cohabitation avec les éleveurs dont on a besoin.

J’ai autorisé l’abattage d’un nombre de loups dans le cadre de l’auto-défense. J’ai donné le chiffre de 36. Il y aura peut-être une dizaine de nouvelles autorisations qui seront données .

Est-ce que votre collègue Pascal Boistard a raison de dire que la « sphère religieuse » s’était emparé de « l’espace public », « il y a des lieux, où les femmes ne sont pas acceptées », elle dénonce. Elle a raison ?

Sur la laïcité, nous avons la loi de 1905 qui est extrêmement claire. Il y a d’autres questions : la question des violences, dans la rue, intrafamiliale. Je souhaite que des campagnes zéro tolérance qui soient lancées. Le second point ce sont encore les inégalités salariales.

La question d’une emprise religieuse qui écarte les femmes de l’espace public ce n’est pas prioritaire ?

J’ai dit que l’instrumentalisation politique sur la laïcité ne doit pas perdurer . La France s’est dotée de fondamentaux juridiques qui lui permet de régler ces problèmes. Il faut s’attaquer aux vrais problèmes : la violence et les inégalités salariales.

(Twitter) Pourquoi n’y-a-t-il aucune voix à gauche pour défendre ce que l’immigration a de positif ?

Il suffirait que tous les salariés issus de l’immigration s’arrêtent de travailler pour voir ce qu’elle apporte à l’économie française.

Les invités

L'équipe

Mots-clés:
Suivre l'émission
Nous contacter