Il s'était engagé à tenir 12 promesses en 100 jours : presque deux mois après son élection à la tête de la région PACA, où en sont les chantiers du maire LR de Nice ? Christian Estrosi est l'invité de Marc Fauvelle en direct de Marseille.

► ► ► LE ZOOM DE LA RÉDACTION | Le point sur les premières mesures en région PACA

Votre slogan de campagne était « L’esprit de la résistance face au FN », comment se passe depuis votre élection les relations avec le Front national ?

Ils sont si peu présents dans l’actualité régionale et leurs initiatives, leurs propositions concrètes… Il y a le soufflé de la campagne qui est retombé. Il a fallu mener une campagne que je ne voulais pas, le Front national a créé les conditions pour que nous parlions de tout sauf des réalités de la région.

Vous n’allez pas parler à Marion Maréchal Le Pen ?

Nous échangeons. Elle est présidente du groupe du Front National. J’invite les présidents à venir préparer les séances avec moi, elle ne s’y est jamais présentée, elle envoie son Secrétaire général.

Nous n’avons pas de relation constructive .

[Pendant la campagne], j’ai été porteur de tous ceux qui se sont reconnus dans les valeurs de la République, tous ceux dans la culture, dans le monde universitaires, le monde cultuel aussi, qui ont voulu apporter leur contribution au débat démocratique. Je suis porteur de toutes ces valeurs.

Vous aviez promis de mettre en place une conférence territoriale, une sorte de conseil régional bis où siègerait la gauche. Pourquoi il ne s’est toujours pas réuni ?

Il faut en passer par des procédures. Nous avons eu la première séance plénière au début du mois de février dernier. Nous voterons notre budget le 8 avril et c’est à partir de là que cette instance pourra fonctionner, dès la deuxième quinzaine du mois.

D’ailleurs dans un sondage qui a un peu fait parler de lui, de manière surprenante, j’ai voulu savoir ce qu’en pensaient les habitants. Ils sont 83% d’entre eux qui pensent que c’est une bonne chose […].

Ce sondage, le FN et la gauche vous reprochent d’avoir utilisé l’argent de la région pour financer une enquête d’opinion sur l’image de la région mais aussi sur votre image et d’autres personnalités en PACA. On y apprend que vous êtes jugé « dynamique » mais aussi « autoritaire » et « démagogique ». C’est une bonne utilisation de l’argent publique ?

Vous ne parlez que de 5 questions sur 25. Ce marché public a été passé en 2012 par Monsieur Vauzelle. Une clause dit notamment : « faire le point sur l’image de la région et ses personnalités » donc on est parfaitement dans les règles du marché public. Il n’y a rien de surprenant à tout cela. L’essentiel des questions c’est : « priorité pour les habitants de la Provence Alpes Côte d’Azur, développement économique et emploi » 54%, « apprentissage et formation professionnelle » 33%, « sécurité » 23%, « la protection de l’environnement » 22%, « les transports » 18%. Vous ne pensez pas que ce sondage est utile pour que je ne dépense pas l’argent public dans des domaines qui ne sont pas prioritaires pour la population ?

Qu’est-ce que cela va changer pour la région de savoir que vous êtes jugé « expérimenté » et « autoritaire » ?

Ça fait partie des items sur 5 questions, qui sont posées systématiquement et définies par le sondeur lui-même. Ces questions sont posées dans toutes les grandes collectivités qui font appel à des organismes de sondage, ce n’est pas moi qui les définis.

Mais en même temps, savoir que ma personnalité, correspond aux administrés, […] que nous soyons en phase entre mon image et les attentes […]. Quand je pense que mon prédécesseur dépensait 150 000 euros chaque année pour avoir un stand à la fête de l’Huma à Paris, vous pensez que c’était plus utile ?

Combien le sondage a coûté ?

900 euros par question, il y en avait 25. Ça peut être des dizaines de millions d’euros d’économie, grâce aux questions.

Je voudrais qu’on parle du chômage. Vous avez promis de tout faire. Il est un peu au-dessus des 12 %, de le réduire sous les 10%. Est-ce que ça passe, comme l’a fait Xavier Bertrand dans le Nord, par la création d’une sorte de Pôle emploi bis régional ?

Nous échangeons beaucoup avec Xavier Bertrand sur les bonnes pratiques. Pendant six mois j’ai dit ce que je ferai, d’ailleurs à 11 heures je rencontrerai plus de 200 chefs d’entreprise car je veux associer pour la première fois les chefs d’entreprise à ma stratégie emploi . Là où il y avait les chefs d’entreprise avec leurs chambres consulaires, leurs fédérations, leurs syndicats, d’un autre côté la région avec son administration qui prenait des décisions de façon unilatérale. Nous allons les mettre ensemble, pour élaborer un schéma économique régional dans lequel vous trouverez une plateforme régionale pour mettre en relation le chômeur et le chef d’entreprise. Il me paraît essentiel que ce soit à travers des guichets et un numéro vert, associé à la formation. Nous avons 25 000 offres d’emplois non pourvues, car la région avait 3 ans de décalage avec la réalité des besoins des entreprises. À travers cette plate-forme, dès qu’un chef d’entreprise met une offre en ligne, nous lui donnons une réponse en moins de 48 heures.

"Je suis pressé de ne plus cumuler"

(Auditeur) Vous cumulez trois fonctions, comment pouvez-vous être efficace dans trois mandats électifs ?

La réalité est que les résultats sont au rendez-vous. Ce n’est pas ma faute si je cumule trois fonctions, je suis pressé de ne plus cumuler . […] Madame Le Pen a décidé de déposer un recours pour contester mon élection. Le Conseil d’Etat doit le juger dans les semaines qui viennent. La loi fait que malheureusement nous ne pourrons pas nous mettre à jour tant que le Conseil d’Etat ne me permet pas de me dégager d’un de mes mandats.

__

(Marc Fauvelle) Et la mairie de Nice ?

Imaginez que le Conseil d’Etat estime que j’ai été élu à tort de la région, et qu'entretemps j'aie démissionné de mes mandats de maire et de député ? La vraie question est de se demander pourquoi Madame Le Pen créé cette condition.

(Auditeur) Pourquoi ne pas intégrer les réfugiés à voter plan pour l’emploi et qu’en est-il des réfugiés ?

Monsieur Hollande a commis l’erreur de suivre Madame Merkel sur la politique des quotas. L’accord sur la répartition n’a pas été suivi d’effets en France. Ce n’est pas ma responsabilité de président de région d’accueillir des réfugiés, en revanche dans ma mission de Maire de Nice, nous avons été quelques fois, avant même qu’intervienne cette décision, confronté à des familles qui nous ont proposé d’accueillir des réfugiés.

(Marc Fauvelle) Est-ce que le maire de Nice constate un afflux de migrants entre l’Italie et la France ?

Il ne faut pas faire l’amalgame entre les migrants et les réfugiés. Je rappelle que c’est sur cette même chaîne que j’avais dit il y a environ un an que des terroristes pouvaient être infiltrés parmi les migrants, vous aviez dit des choses assez désagréables. […]

Est-ce que vous pensez que la France qui est en guerre, nous sommes à un niveau d’alerte encore plus important qu’il l’était le 13 novembre dernier, ne devons-nous pas tout mettre en œuvre pour protéger les citoyens ?

La plupart étaient Belges, on n’interdit pas l’entrée des Belges en France.

Il a suffi de quelques-uns [infiltrés] pour qu'il y ait 130 morts. Je ne veux pas revoir 130 morts en 2016.

(Twitter) beaucoup de questions sur les sondages. A quoi sert Christian Estrosi si ce sont les sondages qui décident de sa politique ? Ce ne sont pas les sondeurs qui décident des questions mais les clients.

Ce sont les sondeurs qui proposent aux clients un certain nombre de questions . […]

(Carine Bécard) Pourquoi ne pas avoir donné le montant tout de suite ?

Parce que je savais que je venais chez vous.

(Auditrice) Faire Rennes Marseille, ça va mais Marseille Draguignan c’est toujours problématique. Au niveau autoroutier c’est un racket entre Draguignan et Nice .

[Il reprend sur le cumul des mandats]. Dans deux mois, je ne serai plus député et plus maire de Nice, dès que le Conseil d’Etat aura statué, ça dépend de la Justice et pas de ma décision.

Je ne cesse de dénoncer le prix des péages. J’entends de toutes mes forces peser sur la société gestionnaire de l’autoroute A8. Les prix sont exorbitants.

Pourquoi en sommes-nous là sur la partie Aix-en-Provence et Draguignan ? Car ça fait 15 ans que les gouvernements successifs n’ont pris aucune décision. Je viens d’obtenir que soit financé, en accord avec les autres agglomérations, un tronçon entre l’aéroport international de Nice et l’est varois et un tunnel sous la gare Saint Charles qui nous permettra d’avoir un temps plus limité dans les transports.

(Marc Fauvelle) Pendant la Coupe du monde de foot vous aviez pris un arrêté contre les drapeaux étrangers. Est-ce que vous allez les interdire ?

Nous n’interdirons aucun drapeau. Il y avait eu un évènement à Paris qui avait failli mal tourner, j’avais pris des mesures de précaution pour un match. Rien ne me laisse présager que nous ayons des troubles à l’ordre public. Je souhaite que du 10 juin au 10 juillet, ce soit des moments de fête merveilleux.

christian estrosi favori pour un second mandat à nice
christian estrosi favori pour un second mandat à nice © reuters /
christian estrosi favori pour un second mandat à nice
christian estrosi favori pour un second mandat à nice © reuters /

Les invités

L'équipe

Mots-clés:
Suivre l'émission
Nous contacter

(ré)écouter Le 7/9 Voir les autres diffusions de l'émission

Le 7/9 du 31 août 2016

Le 7/9 du 30 août

Le 7/9 du 29 août 2016