Pour le Chef de l'État, la déchéance de nationalité pour les binationaux nés français et coupable de terrorisme sera inscrite dans la constitution. Une réforme qui pourrait provoquer un schisme dans le peuple de gauche, selon l'ancien Ministre Benoît Hamon.

«Ça ne mettra pas hors d’état de nuire les terroristes »

« Nous allons remettre en cause le principe de l’égalité des citoyens français devant la loi »

« Plutôt que de faire de la déchéance nationalité exclusivement pour les binationaux, réfléchissons à la peine d’indignité nationale » (…) « il n’y a pas de raison que cela soit réservé aux binationaux ».

Benoît Hamon souhaite qu’il y ait un référendum mais regrette que le Président n’ait pas proposé devant le Congrèsle droit de vote aux étrangers .

Envisage-t-il de quitter le PS ? : « Pendant les vœux, les mots que j’ai eu envie d’entendre étaient ceux d’Angela Merkel (…) La gauche ne défend plus avec la même conviction les valeurs qui sont les siennes » mais Benoît Hamon souhaite rester au parti .

Il est favorable à une primaire à gauche : « Cette primaire se justifie car le débat à gauche est tumultueux mais foisonnant et nous avons besoin aujourd’hui de repréciser les grandes valeurs (…) rien n’interdit au président de participer » « Rien ne fait obstacle à l’organisation de primaires tant que nous avons besoin de clarifier nos positions ».

Il a évoqué Arnaud Montebourg « cela fait du bien de se faire oublier un petit peu ».

L'équipe

Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.