Daniel Cohn-Bendit
Daniel Cohn-Bendit © REUTERS/Benoit Tessier

Le Président du Groupe des Verts au Parlement Européen était l'invité de Patrick Cohen. Pour Daniel Cohn-Bendit, la crise ukrainienne montre l’utilité de l’Europe mais permet également de dénoncer les positions de Jean-Luc Mélenchon.

Il y a quelques mois, le député européen s’était mis en congés d’Europe Ecologie les verts. Aujourd’hui, il participera au lancement de la campagne des européennes des Verts. Il sera aux cotés de la secretaire nationale Emmanuelle Cosse et des sept têtes de liste désignés par le parti. Un coup de main bienvenu pour les verts qui rêvent de rééditer leur exploit de 2009, lorsqu'ils avaient obtenus 16,3% des voix..

Des Verts auxquels Daniel Cohn-Bendit conseille de ne pas quitter le Gouvernement mais de continuer de se battre de l’intérieur, et "s’ils ne sont pas d’accord, de le dire".

L'Ukraine, c'est un exemple pour l'eurodéputé, pour démontrer l'utilité de l'Europe. "La France ou l’Allemagne dans le conflit Ukrainien c’est rien. Il n'y a que l'Europe qui peut répondre à la Russie, explique-t-il." Donc à partir du monde d'aujourd'hui on peut démontrer l’utilité, la nécessité de l’Europe. C'est un combat à mener" pour mobiliser les électeurs conclut-il.

Il est dingue !

Interrogé sur la position de Jean-Luc Mélenchon, qui a qualifié ce week-end le nouveau pouvoir ukrainien, de "putschiste", sous l'influence des néonazis, des Etats-Unis et de l'Otan, Daniel Cohn-Bendit a dit qu'il en avait "marre" des positions du leader du parti de Gauche qui, selon lui, "hait les Américains et les Allemands" et soutien les "plus totalitaires.

Daniel Cohn-Bendit

Les invités
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
  • 0145247000
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.