Le défenseur des droits explique ses missions à l'occasion du lancement de l'appel à témoignages sur les discriminations dans le sport. Il répondait aux questions de Patrick Cohen et des auditeurs.

Depuis plusieurs semaines, le racisme dans la société française est au coeur des débats. Pour Dominique Baudis , non, "quantitativement, il n'y a pas d'augmentation du racisme. Mais les gens expriment le rejet de l'autre avec une certaine jubilation".

On accepte de moins en moins la différence. C'est particulièrement vrai dans le domaine religieux.

Des problèmes qu'il voit au quotidien dans le cadre de sa mission de défenseur des droits. "Derrière chaque dossier, il y a une personne, une famille, avec une situation vécue", qu'il tente de résoudre. Parfois, dans un contexte juridique flou, comme par exemple sur les signes extérieurs religieux. "Quand on collabore à un service public, aujourd'hui, on ne sait pas si l'on peut en porter. L'incertitude est l'ennemi du droit. Car tout ne peut pas se régler par la médiation ou l'accord amiable".

D'autant que les citoyens sont parfois dépourvus face à la complexité administrative. "On sait construire des labyrinthes trop compliqués. La simplification est essentielle." Dominique Baudis rappelle d'ailleurs que, pour le saisir, il suffit d'utiliser "un téléphone, un courrier, un e-mail. Il n'y a pas de formalités à écrire".

Les invités

L'équipe

Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter

(ré)écouter Le 7/9 Voir les autres diffusions de l'émission

Alain Juppé

François Fillon

Leonora Miano

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.