Après le Brexit, l'ancien député européen écologiste Daniel Cohn-Bendit s'agace des "orgueils nationaux" mais n'a pas perdu foi en l'Europe.

Daniel Cohn-Bendit
Daniel Cohn-Bendit © Anne Audigier

Il appelle à repenser les élections européennes et plaide pour des mesures de relance.

Risque d’implosion de l’Europe

« Il faut faire les comptes : qui veut vraiment nager ensemble ? Dans les deux prochaines années on aura une période très intense de débats. Il est possible qu’on ait une Europe qui tourne autour de la zone euro et ceux qui s’arrêteront et deviendront les associés privilégiés de cette Europe. »

« L’État Nation a mis deux siècle à se faire, l’Europe on est à 50 ans, ce n’est rien dans l’Histoire »

« Tout le monde met tout sur le dos de Bruxelles. Je veux qu’on me dise qui est Bruxelles ! On est obligé de faire l’Europe pour les nuls, on en est là, ça va prendre du temps »

« On ne peut pas encenser Michel Rocard dimanche et dire aujourd’hui, il ne faut pas donner de cap ! »

« Plus personne ne veut faire comme les Anglais. Sondage en Finlande : +12% qui soutiennent Europe, en Suède +12%. Il y a un retournement de l’opinion publique sur la sortie de l’Europe après le Brexit »

Comment retisser le lien entre l’Europe et les citoyens ?

« Dans deux ans, il y aura les élections européennes, c’est 27 élections nationales. Vous ajoutez à cela des listes transeuropéennes, dans un collège de l’Europe, les têtes de listes seront candidates à la présidence de la Commission. Vous seriez candidat dans toute l’Europe. Pour la première fois, vous auriez un espace public européen. S’il y a une liste transeuropéenne, je serai candidat et je prendrai Montebourg ou Mélenchon sur l’Europe, un à un »

Fonctionnement de la démocratie

« En 1955, si on avait demandé aux Français s’ils voulaient se réconcilier avec les Allemands, vous auriez eu 70% de contre. Il faut arrêter de dire que le peuple a toujours raison (…) quand le peuple vote pour l’extrémisme, quand le peuple vote pour le nazisme, il n’a pas raison ! »

« Montebourg est complètement crétin et contre les peuples »

« Un parti politique comme le FN qui fait 30% n’est pas représenté à l’Assemblée, c’est un déni de démocratie, il faut le dire aussi ! Les démocraties ne sont pas parfaites, on peut les améliorer »

Listes transnationales

« Il y a une résolution du Parlement européen votée, il y a trois ou quatre mois demandant un collège unique et ces listes transnationales, c’est la première étape. La deuxième étape est que le Conseil européen devrait dire à l’unanimité, et c’est le problème, accepter à l’unanimité que cette loi devienne une directive européenne. Là, vous faites ça en six mois »

Dumping social

« Vous prenez le débat en France sur les délocalisations, quand Mercedes a délocalisé en Loraine, la région leur avait donné pour rien le terrain, c’est une délocalisation déloyale, est-ce qu’il y a quelqu’un, un syndicaliste, qui a dit que c’était déloyal ? Non »

Élargissement de l’Union européenne

« L’élargissement a eu lieu quand le rideau de fer est tombé, si on n’avait pas fait l’élargissement, on aurait dû refaire le mur. On a mal fait l’élargissement car on n’a pas changé quantitativement le budget européen. Pour rééquilibrer les différences économiques, il faut un budget d’intervention, c’est là que les gouvernements ont fauté »

Candidature de Nicolas Hulot

« Je suis pour une candidature de Nicolas Hulot mais il faudrait qu’il se décide. Je dis qu’il peut gagner la primaire de la gauche. S’il y a un deuxième tour Hulot / Marine Le Pen, ce serait rêvé mais il gagnerait à 65-70%. Si même Estrosi est capable de battre Marion Maréchal-le-Pen, c’est qu’il y a un plafond de verre »

« Si François Hollande gagne les primaires du parti socialiste, vous aurez une candidature supplémentaire alors il n’y aura pas de candidat de gauche au second tour ! »

Comment bloquer la montée du populisme ?

« Il faut faire du Rocard, dire les choses, l’expliquer et partir de la réalité »

Euro de football

« Je pense toujours que la France va gagner. L’Allemagne n’est pas aussi forte qu’il y a deux ans, la France est plus forte qu’il y a deux ans »

Les invités
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.