Matinale spéciale en direct des Urgences de l’Hôpital Avicenne de Bobigny

à 7h15 Le zoom de la rédaction "24 heures aux Urgences" reportage de Philippe Randéà 7h50 Christophe Prudhomme , médecin urgentiste au SAMU de Seine-Saint-Denis, porte-parole de l’AMUF (Association des Médecins Urgentistes Hospitaliers de France), responsable du Collectif des Médecins de la CGT

à 8h20 Marisol Touraine , ministre de la Santé et des Affaires SocialesFrédéric Adnet , directeur du service des Urgences de l’Hôpital Avicenneà 8h40 Dominique de Wilde , directrice de l’Hôpital Avicenne, Jean Verdier, René Muret (les hôpitaux universitaires Paris Seine-Saint-Denis)

Marisol Touraine en visite à l'hôpital de Bobigny, le 31 décembre 2012
Marisol Touraine en visite à l'hôpital de Bobigny, le 31 décembre 2012 © Maxppp

Pour la ministre de la Santé, les urgences en France, sont certes un des fleurons de la médecine Française, mais la situation reste préoccupante.

Tout en reconnaissant que les urgences manquent de personnel, pour Marisol Touraine "la réponse ne réside pas uniquement dans le fait d'apporter davantage de personnel". L’enjeu est celui de l’organisation, à l’hôpital et à l’extérieur.

L’une des solutions est la permanence de soins : des médecins accessibles le soir et le week-end et pour cela Marisol Touraine rappelle son "pacte territoire santé" pour réhabiliter et revaloriser la médecine de proximité et lutter contre les déserts médicaux.

Une autre piste est à rechercher dans la sortie des urgences des malades, à qui il faut trouver un lit. La ministre donne our celà l’exemple d’une femme de 80 ans qui se casse le col du fémur et qui est emmenée aux urgences, où elle va inutilement attendre le temps qu’on l’ausculte et qu’on lui trouve un service, au lieu d’être directement transportée en traumatologie pour y être soignée plus vite et donc récupérer plus rapidement.

L’hôpital est un service public

Interrogée sur les moyens de l'hôpital public, Marisol Touraine considère que l’hôpital avait été nié dans la spécialité d’accueil qui est la sienne par le gouvernement précédent. "Nous avons mis fin, dans la loi de financement de la Sécurité sociale, à la convergence, c'est-à-dire un mode de financement identique public-privé", à expliqué la ministre de la Santé qui annonce comme "un changement majeur", le fait que "contrairement au gouvernement précédent, les ressources qui vont aux missions d’intérêt général que seul l’hôpital public mène ne sont plus gelées".

En 2013 des ressources complémentaires à hauteur de 1 milliards 600 millions de plus iront à l’hôpital public, selon la Ministre.

Marisol Touraine a rappelé qu’elle avait mis un groupe de travail pour changer le mode de financement de l’hôpital et notamment la tarification à l’activité pour mieux prendre en compte les maladies chroniques et les urgences.

A Grenoble, où les urgentistes du CHU menacent de démissionner en bloc pour protester contre le manque de postes, Marisol Touraine dit qu’elle ira à la rencontre des urgentistes. C’est dans cette ville que le Premier ministre annoncera sa stratégie nationale de Santé.

Concernant l’ouverture de salles de shoot annoncée hier, la ministre a salué "la volonté de la Mairie de Paris de s’engager dans ce programme de sécurité pour le voisinage et de santé publique".

Les invités
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.