Alors que son projet de loi santé est toujours en débat au parlement et suscite l'opposition d'une partie des médecins, la ministre de la Santé est l'invitée de Patrick Cohen.

Le plus violent : ce sont les cadres molestés ou les 2 900 suppressions de postes ?

C’est un choc et je comprends que ça vienne bouleverser des salariés attachés à leur entreprise mais le dialogue social doit être respectueuse des personnes.

La direction a commis des erreurs ?

Rien ne justifie la violence envers un homme quelles que soient ses fonctions. Je souhaite évidemment que ce dialogue puisse reprendre au sein de l’entreprise.

Air France joue une partie de son avenir. Il faut donc que chacun se mette autour de la table.

Air France est encore une entreprise nationale ?

C’est une entreprise privée qui a un retentissement important dans notre société. C’est une vitrine de la France. Le dialogue social doit se passer au sein de l’entreprise […] et pas à l’extérieur.

C’est une entreprise privée qui va chercher ses dirigeants dans le cabinet du Premier ministre. C’est le symbole de la porosité entre le pouvoir et cette compagnie ?

On ne peut pas d’un côté trouver que le personnel de la fonction publique est trop enfermé dans son monde et quand il va assumer des responsabilités qui ne sont pas simples […], dire que leur place serait de rester là où il est. […] Je lui souhaite bonne chance.

Selon un sondage Odoxa pour Le Parisien et France Info, 8 Français sur 10 sont inquiets pour la sécurité sociale.

Je veux les rassurer. La sécurité sociale joue son rôle et elle se modernise au quotidien. Les études disent que les Français ont comme principale inquiétude la retraite. […] A partir de l’année prochaine les régimes générales seront à l’équilibre et deviendront excédentaires. Ca n’était pas arrivé depuis 2005. C’est une bonne nouvelle car ça signifie que leurs retraites seront payées pour plusieurs décennies.

Nous avons demandé des efforts, il ne faut pas le nier. Nous devrons tous travailler plus longtemps mais en même temps nous tenons en compte la spécificité des parcours professionnels […] Tout le monde ne doit pas travailler plus longtemps.

Beaucoup de médecins en grève aujourd’hui et notamment contre la généralisation du tiers payant, tout au long de ces mois vous n’avez pas réussi à convaincre les médecins ?

Je ne méconnais pas le mécontentement. […] Les chiffres des grévistes ne correspondent pas à la réalité. […]

Ils étaient aussi opposés à la carte vitale et aujourd’hui elle est généralisée.

Les médecins sont parfois un peu frileux et je leur dit que leurs patients attendent d’eux qu’ils s’engagent.

Dans la loi santé il y a des tas de mesures pour les patients, pour mieux accompagner la prise en charge proximité, la mise en place d’un médecin traitant pour l’enfant […], tout cela c’est la modernisation de notre système de santé. Si on passe à côté de cette modernisation ce sont les patients qui vous le reprocheront.

"En France, on prescrit plus que dans d'autres pays"

(Jean, Médecin généraliste dans la Drôme) – Dans mon cabinet nous sommes tous en grève. À propos du tiers payant généralisé, on sait que ça ne marche pas. Au lieu de faire intervenir une forêt de mutuelles, pourquoi ne pas faire l’exonération du ticket modérateur chez le médecin traitant ?

Je suis étonnée car la prise en charge à 100% chez le médecin traitant ça n’a jamais existé. Nous n’avons pas les finances pour augmenter la prise en charge de 6, 7 euros par consultation. […] Aujourd’hui il y a des complexités, c’est pour cela que j’ai demandé un dispositif simple, qui au contraire n’apporte aucune contrainte pour les médecins.

Je fais le pari que lorsque le système fonctionnera il sera adopté comme aujourd’hui lorsque les patients vont chez le pharmacien et trouvent qu’il est très pratique de ne pas avancer les frais.

(Auditeur) Que devient le parcours de soin ?

Le parcours de soin se fait toujours autour du médecin de référence.

(Daniel ) – Il y a beaucoup de médicaments inutiles (cf rapport Debré)

Nous faisons des économies importantes pour ce qui est des médicaments, nous faisons en sorte de prendre des médicaments génériques plutôt que des médicaments de marque. […] En France, on prescrit plus que dans d’autres pays.

Vous n’avez pas de problème pour les déremboursements compte tenu du poids économique ?

Ce n’est pas moi toute seule qui décide de l’intérêt d’un médicament.

Les médicaments efficaces, je veux qu’ils soient remboursés. Je n’ai procédé à aucun déremboursement.

A quand la mise à disposition du traitement préventif contre le VIH ?

Il y a un traitement préventif en phase d’essai. Le travail se poursuit.

(auditrice) Avec le sociologue Philippe Bataille nous avons publié une lettre ouverte pour légaliser le suicide assisté. Comment expliquez-vous le recul du Président de la République ? Les Français ne voulaient-ils pas aller plus loin que la « sédation profonde et continue », l’assistance médicale au suicide assistée a été refusée.

Je ne peux pas vous laisser dire que dans le texte proposé il n’y a pas d’avancée significative. Au-delà de permettre le recueil des déclarations anticipées, […] Le changement fondamental est que désormais la personne en fin de vie exprime sa volonté et demande à bénéficier la sédation profonde et continue et cela ne peut pas lui être refusé. Jusqu’à présent c’était le médecin qui faisait cette proposition. […] Ce n’est pas le suicide assisté car la personne est sans perspective thérapeutique. Mais c’est un changement de perspective […] Il inscrira un chemin, si le législateur cherche à prolonger cette démarche, il lui appartiendra de s’en saisir.

C’est un changement qui est tout sauf mineur, pour la première fois c’est la parole du patient qui l’emportera.

Pourquoi on n’applique pas la décision de la CEDH pour Vincent Lambert ?

Aucune cour de justice n’impose à un hôpital d’arrêter les traitements.

La CEDH a dit que c’était possible et l’hôpital a choisi jusqu’à maintenant de prendre un peu de temps. C'est cette situation difficile et douloureuse dans laquelle nous sommes.

Les invités
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.