benoît hamon succède à vincent peillon au ministère de l’éducation
benoît hamon succède à vincent peillon au ministère de l’éducation © reuters /

Le ministre de l'Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche était l'invité de la matinale, pour évoquer la réforme des rythmes scolaires. Benoît Hamon annonce aussi la prolongation du fonds d'amorçage pour un an.

Ce fonds d'aide aux communes existera toujours à la rentrée 2015, pour permettre une transition en douceur un peu plus longtemps. Car pour Benoît Hamon, oui, la réforme scolaire sera bien appliquée partout à la rentrée 2014, et pour une raison simple : "c'est dans l'intérêt de l'enfant".

Les enfants apprennent mieux le matin, il n'y a pas de débat sur ce diagnostic. Je ne me satisfais pas du fait qu'à l'entrée en sixième, 15 % des enfants ne maîtrisent pas les bases.

Attaqué également par les soutiens de la réforme, qui lui reprochent d'avoir reculé en "l'assouplissant", Benoît Hamon réplique : "si à la rentrée 2014, c'est le désordre, on me reprochera d'avoir raté une réforme qui, sur le papier, est positive".

"Pas plus de revers qu'un autre"

Pas question non plus, comme le réclame Jean-Claude Gaudin le maire de Marseille, d'organiser un moratoire pour repousser la réforme d'un an. "Si nous organisons un moratoire, il y aura aussi un moratoire en 2015, puis en 2016... Car les raisons qui auront poussé à reporter la réforme seront toujours là". D'ailleurs, "94 % des communes ont déjà validé le nouveau temps scolaire". Pour les autres, il y aura des "expérimentations" et des "dérogations"... temporaires, bien sûr.

En tout cas, il le promet, "Benoît Hamon n'a pas essuyé plus de revers que n'importe quel ministre de l'Éducation nationale".

Photo de homepage : Benoît Hamon © IAN LANGSDON - epa - Corbis

Les invités

L'équipe

Suivre l'émission
Nous contacter

(ré)écouter Le 7/9 Voir les autres diffusions de l'émission

François Fillon

Leonora Miano

Gaël Giraud

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.