Les Bleus ont battu l'Allemagne en demi-finale de l'Euro, ils affronteront le Portugal ce dimanche au Stade de France.

Les Bleus durant la demie-finale contre l'Allemagne durant l'Euro 2016
Les Bleus durant la demie-finale contre l'Allemagne durant l'Euro 2016 © Sipa / Michael Probst/AP

Nos invités,  passionnés de foot et fins observateurs des Bleus : Pierre-Louis Basse, écrivain et conseiller à l'Elysée en charge de l'organisation des grands évènements, et Olivier Guez, journaliste et écrivain, auteur de Eloge de l'esquive (Grasset).

Pierre-Louis Basse

"Hier, j'ai vu un coup parfait"

"Dans un premier temps, c'était la résistance, ensuite c'était le hérisson"

"Deschamps a sacrifié Payet qui était inexistant hier soir"

"Griezmann c'est une espèce de petit rat de l'opéra, il est taillé comme une allumette, ça pourrait être notre petit frère, notre cousin"

"À partir du penalty le match a commencé"

"Séville est devenue un objet d'art"

"En 98, j'étais un de ceux qui n'ont pas participé à cette folie générale"

"Il faut plus que trois buts en finale de coupe du monde pour qu'un pays soit heureux"

"Il y a un football qui peut devenir non pas un évènement qu'on désire mais un programme qu'on regarde distraitement"

"Les passerelles entre le monde de la culture et du sport peuvent exister même dans les quartiers populaires"

Olivier Guez

"J'ai vu une équipe très intelligente"

"Griezmann est une espèce de lutin magique"

"Battre cette Allemagne-là, contre qui on a tant de complexes, c'est un symbole"

"C'est plus sexy de parler des millions que du travail quotidien des footballeurs"

"La France qu'on perçoit comme un pays très fragile, le fait de se réunir autour de cette équipe peut avoir des conséquences à moyen ou long terme"

Les invités
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.