L'ancien ministre de l'Economie, candidat à la présidentielle de 2002, se révèle assez critique sur les programmes très libéraux des candidats à la primaire de droite. Il est l'invité de la matinale.

C'est quoi être libéral en 2016 ?

Quand j'étais plus jeune, le libéralisme était provocateur. Aujourd'hui, quand un homme de gauche est libéral on le dit moderne, les mêmes idées rassemblent.

Bien des souffrances sociales actuelles n'auraient pas eu lieu si l'on avait été plus libéral.

Sur la primaire LR

Le programme commun des candidats de droite apparaît comme une purge, comme une punition. Vous ne trouvez pas d'emploi, vous envoyez des milliers de CV et on va en plus on veut vous enlever vos indemnités ??

Si on s'engageait vraiment pour la formation, on pourrait remettre une grande partie de la France au travail.

Nous sommes en train de vivre une profonde mutation de la civilisation, du travail, de l'État. On a besoin de visionnaires, de réformateurs.

Le gouvernement est anti-social sur la question de la pauvreté

Revenu universel

"J'ai poussé dans le debat politique l'idée d'un revenu minimum garanti (...). Si l'on reprend une activité, fut-ce à temps partiel, on ne passe pas de tout au rien, sinon c'est une trappe pour la pauvreté"

"La prime d'activité des socialistes marche bien"

"Un revenu universel sans condition ? C'est un partage du non travail"

"L'idée que le revenu universel est la réponse à la pauvreté est une plaisanterie"

"Le gouvernement est anti-social sur la question de la pauvreté (...) Je suis plus social que l'actuel gouvernement"

"Les acteurs du numérique doivent avoir une protection sociale payée par les acteurs du secteur"

Investissement du capital dans l'entreprise plutôt que dans les spéculations

"On a besoin de recapitaliser la France"

"La spéculation a un rôle économique (...) c'est une forme d'assurance"

Efficacité dans la fonction publique

"Il y a plein d'enseignants qui sont capables de faire mieux si on les libère de certains carcans"

"L'autonomie des établissements, c'est important"

Âge de la retraite

"Une solution commence à faire consensus : on ne dépense pas plus que l'argent qu'il y a dans les caisses, à cotisation égale retraite égale, c'est la retraite à la carte"

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.