Le ministre de la Ville de la Jeunesse et des Sports présente son projet de loi "Egalité et citoyenneté" : des mesures pour les jeunes défavorisés, nées de l'après-Charlie et du constat "d'apartheid territorial" que dénonçait Manuel Valls en janvier 2015.

Vous avez débloqué 500 millions d’euros, mis le feu au patronat sans éteindre l’incendie chez les étudiants. Vous n’avez pas perdu sur les deux tableaux ?

On mesure le degré de civilisation d’une société à la place qu’elle fait à la jeunesse.

Le paquet jeunesse a été improvisé ?

Les demandes des jeunes sont connues. Ils cherchent un emploi, de l’autonomie et un sens à la vie. On a répondu globalement à ces préoccupations hier.

Les mesures présentées hier étaient dans vos cartons ?

Bien sûr. L’extension de la CMU ou l’extension de la garantie location. J’espérais voir venir ces sujets lors du débat parlementaire pour ma loi.

La prolongation des bourses aussi ?

Ça c’est issu des négociations. On a trouvé cette idée très bonne. On a trouvé un bon accord hier, chiffré. J’ai bien entendu que quelques organisations de jeunes ne voulaient pas lâcher le morceau.

C’est en espérant amadouer les jeunes que Jean-Marie le Guen appelle à la légalisation du cannabis ?

Je n'aime pas le mot "amadouer", on n’a pas amadoué les jeune, on a travaillé avec eux.

Cette proposition n’engage que lui, de manière sincère.

Le débat a été tranché, il n’est pas d’actualité.

Vous avez dépêché des infiltrés place de la République comme le raconte le Parisien ce matin ?

J’ai des collaborateurs qui sont allés sur place par intérêt personnel. Ils disent que c’est un mouvement intéressant sur le plan intellectuel. Je le regarde avec sympathie à condition qu’il respecte les lois de la République.

Ça pourrait déboucher sur quoi ?

Une écoute permanente à condition que ça n’apparaisse pas systématiquement comme opposé à la démocratie représentative.

La limite c’est l’élection. Si ce mouvement estime qu'il a des choses à dire, c'est là qu'il faut aller.

Egalité citoyenneté, c’est le projet qui sera présenté demain au Conseil des ministres et se veut une réponse au constat de Manuel Valls après les attentats de janvier 2015. Ce constat d’échec est aussi celui du Secours catholique : l’Ile-de-France est la région la plus riche et la plus inégalitaire. Vous avez des solutions pour inverser cette tendance ?

Une des solutions est le projet de loi que je porte.

La politique de la ville s’adresse à 1500 quartiers.

Il faut agir sur tous les plans : la rénovation urbaine, plus de mixité sociale, imposer la construction de logements sociaux.

Cela a progressé ? La région a été gouvernée pendant plus de 15 ans par une majorité de gauche et on voit le constat du Secours catholique.

L’Ile-de-France n’est pas la France, il faut reconnaître les autres succès.

La mixité sociale ne s’impose pas.

Il faut que les quartiers prioritaires ne soient plus dépendants d’autres quartiers.

Quand on offre es emplois aux jeunes dans ces quartiers, quand on développe les services civiques […] on répond à la ségrégation.

Un mot sur le volet citoyenneté, quel objectif sur l’engagement citoyen ?

La création d’un congé d’engagement, l’extension du service civique, la réserve citoyenne, sera officiellement crée dans ce projet de loi.

"Des clubs de sport sont soumis à des pressions religieuses"

(Auditeur) Votre loi porte sur la mixité sociale mais quelle utilité si elle n’est pas liée au développement de la culture, quand on sait que les MJC ferment une à une? Quels sont les projets envisagés sur l’éducation populaire pour lutter contre la ségrégation sociale ? Quelles sont les mesures pour faciliter l’accès des étudiants au logement ?

L’éducation populaire, c’est une vielle expression. Nous devons développer la présence associative.

(Patrick Cohen) Il a raison de dire que les MJC ferment les unes après les autres ?

La fermeture de ces structures pour des raisons financières, ne représente pas une menace totale. Il y a une prise en charge du secteur associatif au travers de notre intervention. Mon objectif est de créer de nouvelles structures là où il en manque.

(Patrick Cohen) Le prix des logements pour les étudiants ?

Il y a la création d’une garantie universelle des loyers. Elle sera universalisée pour tous les jeunes de moins de 30 ans. L’Etat prendra en charge la caution.

(Auditeur) 16 ans que je travaille sur un quartier prioritaire de la ville de Bordeaux. On est noyés d’un point de vue administratif pour essayer de maintenir les moyens alloués. Des jeunes sont maintenus dans le quartier à cause du service civique. Comment va se passer l’accompagnement ?

Le service civique, qui est un élément de la culture de l’engagement, ne peut se substituer aux emplois formés d’animateur dans les quartiers. Le service civique est un plus, ce n’est jamais une substitution.

(Twitter) ça avance ce durcissement de la SRU ?

Nous avons créé un délégué interministériel sur cette question. Nous avons repéré les 35 villes qui posent des difficultés. Cette liste sera complétée demain . Il est clair que les maires comprennent que les mailles du filet se resserrent. Nous avons préemptés 60 terrains pour construire des logements sociaux.

(Twitter) A Viry-Chatillon, la MJC est passée de 40 salariés en un an à 3.

Les collectivités territoriales sont amenées à faire les mêmes efforts que l’Etat. […] Pour moi une MJC est un élément majeur de la vie en société d’une commune, je regrette cette situation.

(Auditrice) Quelle est la place dans la ville des personnes en souffrance psychique. Le système des maisons relais, qui a permis à ces personnes de vivre en ville avec une déstigmatisation, le financement est apparemment arrêté .

Je n’ai pas connaissance de baisse de financements.

(Thomas Legrand) Comment aider les animateurs sportifs confrontés à la radicalisation identitaire de jeunes ?

Le sport est un formidable outil de prévention de la radicalisation. J’ai des critères simples : la place des femmes, est-ce qu’il y a des pratiques religieuses.

Il faut l’interdire dans ce cas. Il faut zéro tolérance. Un club ne peut pas être soumis à des pressions religieuses.Ce n’est pas un fantasme, j’ai des signalements .

(Patrick Cohen) Votre nom a été associé à des centaines de Molenbeek qui pourraient exister sur le territoire français. Est-ce que vous regrettez vos propos ?

J’ai parlé de similitudes potentielles qui pourraient faire penser à Molenbeek. Il y a des phénomènes de radicalisation. Il y a des signes. J’ai eu le courage de nommer les choses. Maintenant il faut agir.

Patrick Kanner, ministre de la Ville a inauguré cette semaine
Patrick Kanner, ministre de la Ville a inauguré cette semaine © MaxPPP
Les invités
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
  • 0145247000
(ré)écouter Le 7/9 Voir plus
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.