Aurélie Filippetti, ministre de la Culture et de la Communication, était l'invitée de Patrick Cohen. Numérique, crise de la presse, fermetures de librairies, son absence à l'inauguration de l'Institut Google... Elle a répondu aux questions des auditeurs.

La polémique Google

Aurélie Filippetti a séché une invitation de Google à Paris mardi. Elle devait inaugurer le nouveau Lab de l’Institut culturel Google situé rue de Londres : "Ce n’est pas un caprice, c’est une décision politique. Pour autant, nous continuerons de travailler avec eux."

Elle a aussi tenu des propos fermes :

Si Google ne conlut pas un accord satisfaisant avec les éditeurs de presse, il y aura une loi qui obligera ainsi à fiscaler le clic en quelque sorte

La crise de la presse

"La presse en ligne doit être soumise à la même TVA que la presse écrite, dès 2014. Soit 2.1 %".

Les livres

"Non, il n'y aura pas de taxe sur les livres d’occasion."

La polémique Delacroix

La France doit-elle prêter "La liberté guidant le peuple" d’Eugène Delacroix à la Chine ? "Pour les conservateurs, cette toile ne doit plus bouger. Je veux suivre leur avis, mais c’est au Président de la République de décider."

Les municipales de 2014

"Je serai sur la liste de Dominique Gros", le maire socialiste de Metz. "Je le soutiens activement." Sera-t-elle un jour maire de Metz ? "Il y a pour l’instant un excellent maire, laissez-le travailler !"

Les invités
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.