Régionales, référendum britannique sur le "Brexit", sommet Europe-Afrique à Malte sur la question des migrants en Europe : le souverainiste, député de l'Essonne et président de Debout la France était l'invité de Patrick Cohen.

Patrick Cohen : comment vous qualifiez-vous NDA ?

Nicolas Dupont-Aignan : "Gaulliste."

Anti-libéral ? Vous avez pris Stéphanie Gibaud sur votre liste aux régionales, c’est la lanceuse d’alerte dans le scandale UBS.

"J’ai travaillé avec Philippe Séguin depuis des dizaines années, j’essaie de construire une alternative. Donc je suis gaulliste."

Vous ne pensez pas que le FN au pouvoir serait une catastrophe ?

"Il y a 25 millions de Français qui ne votent et au moins quatre millions ne sont pas inscrits sur les listes. Pourquoi ? Parce qu’il n’y a pas de démocratie dans ce pays. 78% des Français ne veulent pas revoir Nicolas Sarkozy au pouvoir. 75% ne veulent pas d’un second mandat pour François Hollande et je crois que 69% ne veulent pas de Madame Le Pen. Et ces trois partis monopolisent 95% du temps d’antenne. Hier j’ai vu le débat des primaires républicaines aux États-Unis, il y avait dix candidats, il n’y a pas cette fermeture qui étouffe les Français."

Ça bouge dans votre milieu d’idées ? De Villiers qui revient et fait un carton en librairie, Nadine Morano qui prend son indépendance ? De nouvelles frontières qui brouillent ce clivage gauche-droite ?

"Le PS et LR sont des astres morts. Il faut rétablir des frontières, il n’y a pas un pays au monde qui peut survivre sans contrôler ses frontières. La question c’est : est-ce que la France veut maîtriser son destin ? Pour cela il faut que les Français actent une fois pour toute qu’il y en a marre de gens qui ont démissionné, qui acceptent la jungle de Calais et qui donnent des milliards pour les migrants qui arrivent. Je crois à la société civile."

On s’arrête sur votre phrase "ceux qui ont accepté la jungle de Calais". Vous avez un mode d’emploi ?

"J’y suis allé trois fois. C’est la Honte de la République, c’est le fruit de l’absence de frontières.L’Angleterre paie la France pour mettre des barbelés autour du port de Calais. Monsieur Fabius s’indignait devant la frontière hongroise mais c’est lui qui a fait mettre du barbelé autour du port de Calais."

Donc il faut rétablir un contrôle ?

"C’est ce qui se fait déjà ! Mais ça se fait dans le désordre. Le droit d’asile est trahi. Je suis allée en Grèce."

Vous avez vu des faux-réfugiés ?

"Une minorité. Ça veut dire que l’Europe a envoyé un signal dramatique. Nous avons des chefs d’État démissionnaires. La Commission européenne veut accueillir trois millions de migrants d’ici 2017 c’est une pure folie."

C’est une prévision.

"Il faut proposer un vrai plan Marshall vers l’Afrique. Pas un milliard mais des centaines de milliards."

Chez vous il n’y a pas de haine ? C’est ce qui vous différencie du FN ?

"Je n’ai pas parlé d’immigration bactérienne. J’estime qu’on a le droit de savoir qui entre chez nous. Un étranger en situation régulière m’a dit : "dernier arrivé premier servi", c’est ce que pense des milliers de Français."

Patrick Cohen : vous ne fusionnerez pas aux régionales ?

" Je n’ai pas rassemblé plus d’un million d’électeurs pour faire de la petite soupe sur le petit feu. Je suis maire de banlieue, ce qui m’intéresse c’est de résoudre les problèmes en Ile-de-France : parler des RER qui n’arrivent pas à l’heure.Est-ce qu’à un moment nos concitoyens vont continuer à aller dans des restaurants qui les ont intoxiqués ? Ca fait vingt ans que les deux partis empoisonnent les Français. S’il y a 30% de participation aux régionales quelle sera leur légitimité ?"

Un auditeur : pourquoi ne pas utiliser des TGV pour envoyer les migrants en Angleterre ?

Patrick Cohen : C’est un peu la suggestion de Xavier Bertrand…

"Parce que David Cameron contrôle ses frontières !"

Patrick Cohen : Non ! Il a dit à la France de les contrôler…

"Si on veut sauver le vrai droit d’asile, l’actrice Loubna Abidar c’est le vrai droit d’asile, il faut éviter l’appel d’air général. Je vous envoie à Régis Debray : "éloge des frontières". La frontière c’est un filtre pas un mur."

Une auditrice : quand vous lui avez demandé "qu’allez-vous faire pour la jungle", il n’a pas répondu ?

"Il y a une petite partie qui correspond à des réfugiés, l’autre doit être renvoyée dans son pays d’origine. C’est clair, sinon on va être submergés. Les délais du droit d’asile sont beaucoup trop grands. 96% des déboutés du droit d’asile restent. Il faut renvoyer les migrants chez eux et le faire savoir. Parallèlement il faut changer de politique en Syrie d’urgence : abattre Daesh, rétablir Assad. Combattre Daesh et Assad ça ne va pas. Monsieur Cazeneuve a envoyé des migrants dans des villages ils sont repartis immédiatement. Il n’y a même pas de boulot pour nos enfants."

Un auditeur : si vous n’aviez pas d’autre choix que d’être enrôlé dans l’armée d’un pays totalitaire ou de subir les tortures, que feriez-vous pour protéger votre famille ?

"A titre individuel je respecte ces personnes. J’ai discuté avec des personnes sur l’île de Leros. « Madame Merkel a dit qu’on pourrait venir ». Il faut arrêter cette vision misérabiliste. Un homme d’Etat est chargé de prendre des décisions pour son pays et n’est pas chargé pour prendre des décisions à titre individuel. A long terme, il est suicidaire pour la France d’accueillir plus de migrants. J’ose le dire. Est-ce que ça fait de moi un monstre ? La France est un pays généreux, on cherche à culpabiliser les Français. Arrêtons. Prenons un peu de mesures, sinon nous serons tous balayés."

Un internaute : quelle est votre position sur le cumul des mandats ?

"Je respecterai le cumul des mandats en 2017. Je suis un maire de banlieue qui garde les pieds dans la réalité. Chacun son jugement…"

Patrick Cohen : Jean-Paul Brighelli est toujours votre délégué national à la fonction publique ?

"Il dit des choses très justes sur la fonction publique."

Patrick Cohen : pas sur Najat-Vallaud-Belkacem. Il parle de la ligne visible du soutif de la ministre à l’assemblée nationale…

"Attention au contexte. Elle n’écoutait pas une question. Elle se moque des parlementaires. Maintenant je n’aurais pas écrit ça."

La BDLa Présidente de François Durpaire prévoit le scénario de Marine Le Pen présidente en 2017. C’est crédible ?

"J’ai créé Debout la France car je veux éviter ce piège. Je pense qu’il y a une autre alternative possible, sans passer par la case Front National."

Ça ne répond pas à ma question.

"Parce que j’en ai marre de répondre aux questions sur le Front national. Si les gens votent FN c’est parce que le gaullisme a disparu. Vous me faites rigoler, j’écoutais les billets, Monsieur Valls avec Monsieur Macron c’est la politique de Sarkozy. Je ne suis pas du Front de gauche, mais il y a au moins des gens qui défendent le peuple."

Les invités
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.